Accueil > Les Formations > Le cycle national > Cycle national 2019-2020 Préparer Les transitions : fictions, sciences, (...) > Cycle national 2019-2020 - Appel à candidatures jusqu’au 20 mai

Enregistrer au format PDF
Cycle national de formation 2019-2020

Cycle national 2019-2020 - Appel à candidatures jusqu’au 20 mai

Le thème général du cycle 2019-2020 de l’IHEST s’intitule : « préparer les transitions : fictions, sciences, réalités. »

Prolongation de l’appel à candidature jusqu’au 20 mai 2019

Télécharger le programme détaillé de l’année
PDF - 718.1 ko

Télécharger le dossier de candidature
Word - 5.9 Mo

Voir la présentation du cycle national de formation

Orientations générales

Étymologiquement, la transition (du latin trans, à travers, au-delà et ire : aller) est l’action de passer et par extension le passage d’une chose à une autre, ou, comme le précise Chateaubriand dans son Essai sur la Révolution : « passage d’un état de chose à un autre » . 1

Le thème du cycle abordera donc la question du passage vers de nouveaux modèles de société que nous ne connaissons pas encore, mais dont nous percevons les signaux de plus en plus nettement. « Nous ne savons pas ce qui se passe, et c’est cela qui se passe. » Citant cette phrase de José Ortega y Gasset, Edgar Morin, dans l’introduction de « La Voie », poursuit : «  il y a toujours quelque distance entre l’événement et la conscience de sa signification : la connaissance est en retard sur l’immédiat […]. De surcroît, la connaissance est désarçonnée à la fois par la rapidité des évolutions et changements contemporains, et par la complexité propre à la globalisation : inter-retro-actions innombrables entre processus extrêmement divers économiques, sociaux, démographiques, politiques, idéologiques, religieux, etc )  » . 2

Le cycle « préparer les transitions : fictions, sciences et réalités » s’adresse donc au premier chef aux professionnels en charge de construire des stratégies et d’accompagner les changements. Que l’on soit cadre dirigeant dans une entreprise, élu, responsable de l’administration ou d’une association, médiateur ou leader d’opinion, nous sommes ou serons confrontés à tout ou partie des interrogations suivantes : Comment développer une économie durable créatrice de valeur et d’emplois dans des entreprises qui assumeront leurs responsabilités sociales ? Comment anticiper les évolutions du travail, comment positionner la formation, l’éducation ? Quelle place occupera le numérique, quelles transformations va-t-il réellement produire ? Quel rôle pour la recherche et la science et quelles relations doivent-elles établir avec la société ?
Comment élaborer des réponses politiques et des politiques publiques adaptées aux nouveaux enjeux ? Comment appréhender les évolutions des modèles économiques, les questions de cohésion sociale et nationale ? Comment envisager le rôle de l’Etat et quelles conséquences peuvent avoir le renforcement des pouvoirs régionaux ou locaux ? Comment se situer au sein des évolutions planétaires et des relations internationales, alors que vont se déplacer les hégémonies, se transformer les relations géo politiques et commerciales ? Comment éviter les conflits et maintenir la paix et, si ce n’est pas possible, comment envisager de vivre dans une société en situation de conflits latents ou permanents ?

Ces questions sont au cœur des stratégies publiques et privées de demain. Elles ne seront pas résolues par quelques centaines ou milliers d’experts seulement, car elles concernent aussi le débat public qui requiert autant que des connaissances techniques ou scientifiques spécialisées, une culture générale, une vision globale, une capacité d’appréhension de la complexité qui n’ont pas forcément été transmises ou prises en compte dans les formations scientifiques disciplinaires initiales. Elles relèvent également de l’intelligence collective que tout responsable, et au-delà tout citoyen, doit être à même de mobiliser.

Sylvane Casademont
Directrice de l’IHEST

1- F.R. De Chateaubriand, Essai sur la Révolution., t. 1, p. 52
2 - E. Morin, La Voie, Fayard, Paris 2011, p. 17

Le cycle national de formation

LES ATOUTS DE LA FORMATION

La science et l’innovation pour anticiper les enjeux de la société :

le cycle aborde les enjeux économiques, sociaux, politiques, culturels de notre société à travers deux clefs de lecture : la science et l’innovation. Il propose une immersion dans l’écosystème de recherche et d’innovation français. Sur une thématique globale déclinée en plusieurs sujets d’étude d’ordre économique, écologique, social, politique, culturel…, les meilleurs chercheurs de toutes disciplines et les meilleurs experts présentent les recherches et les technologies les plus récentes. Les questions d’innovation (innovation technologique, sociale, innovation dans les territoires…) et leurs impacts sont envisagés dans toute leur complexité, avec le souci d’anticiper les évolutions et les transformations en germe dans le monde actuel.

Une ouverture européenne et internationale :

Les voyages d’études en Europe et à l’international qui occupent plus du tiers du temps du cycle, offrent aux auditeurs de découvrir, sur la thématique du cycle d’autres horizons, des pratiques différentes, des écosystèmes divers. Ils sont un puissant vecteur pour se décentrer, s’ouvrir, se remettre en questionet développer sa créativité.

Un réseau :

Les auditeurs tissent des relations entre eux, avec les intervenants, et au fil des rencontres effectuées pendant les voyages d’étude. Ils intègrent ainsi un réseau de dirigeants et d’experts issus de différents milieux professionnels des secteurs public et privé : cadres dirigeants d’entreprises, élus, chercheurs, experts, enseignants, hauts fonctionnaires, consultants, etc. Le réseau des seuls auditeurs ayant suivi depuis 13 ans le cycle de l’IHEST est constitué de plus de 600 personnes.

LES OBJECTIFS DU CYCLE DE FORMATION

A l’issue de la formation, les auditeurs sont en capacité :

  • de s’appuyer sur les connaissances scientifiques et techniques les plus récentes, de pratiquer la démarche scientifique pour l’analyse d’un sujet complexe et de la transposer dans leur environnement professionnel ;
  • d’élargir leur regard sur des problématiques, de considérer les événements d’un point de vue différent et, par conséquent, de développer leur esprit critique et leur créativité ;
  • de prendre en considération les impacts éthiques et sociaux des évolutions de la science et de la technologie ;
  • de travailler en groupe de manière participative et de mobiliser l’intelligence collective au bénéfice de la prise de décision.

A l’issue de la formation, ils auront également développé leur réseau dans de multiples secteurs d’activité, dans les régions et à l’international.

LE PUBLIC DE LA FORMATION

Le cycle national de formation de l’IHEST s’adresse :

  • aux cadres dirigeants, cadres supérieurs, personnes en situation de responsabilité et décideurs des secteurs publics et privés : cadres dirigeants et supérieurs d’entreprise, cadres supérieurs des fonctions publiques, dirigeants d’établissements publics, directeurs de laboratoires, coordinateurs de grands projets et infrastructures, responsables d’administrations territoriales, élus, journalistes, syndicalistes, représentants du monde associatif.
  • français, européens ou ressortissants d’autres États (la langue de travail est le français).

Les principaux prérequis :
Le cycle est composé d’une diversité de profils, soit environ la moitié d’auditeurs du secteur privé et associatif, et la moitié d’auditeurs des trois fonctions publiques (État, territoriale, hospitalière). Il n’y a pas de limite d’âge, ni de condition de diplôme, mais les auditeurs doivent exercer des responsabilités ou de l’influence ou être en position d’en exercer (détectés hauts potentiels). La constitution des promotions visent l’égalité femmes / hommes.

LA DURÉE DE LA FORMATION

Le cycle national s’échelonne sur 10 mois, de septembre à juin, à raison de 3 jours en moyenne de formation par mois, à l’exception du séminaire d’intégration et du voyage en Europe dont la durée est de 4 jours, et du voyage à l’international, dont la durée est de 8 jours ( une semaine complète). La durée totale du cycle sur un an s’élève donc à 34 jours, soit 238 heures de formation.
Le cycle 2019 - 2020 commence le 23 septembre 2019 et s’achève le 11 juin 2020.

LE COÛT DE LA FORMATION

Le cycle national, de l’IHEST est très largement financé par l’État.
Son coût complet, hors subvention de l’État, s’élève à 27 000 € par personne. Il englobe les intervenants, la pédagogie, la valorisation des productions, les déplacements à l’étranger, l’hébergement, la restauration et la masse salariale des personnels de l’IHEST, au prorata de leur contribution à la réalisation du cycle.
La subvention de l’État permet d’abaisser fortement la contribution demandée aux auditeurs, de façon variable selon les possibilités financières des employeurs. Ainsi les droits d’inscription s’élèvent à :
15 000 € pour les entreprises de plus de 5000 personnes
8 500 € pour les entreprises de 250 à 5000 personnes et les établissements publics, les universités et administrations publiques
5 000 € pour les entreprises moins de 250 personnes, les associations, les organisations professionnelles et syndicales, les élus, les travailleurs indépendants.

LA SÉLECTION DES CANDIDATS :

Les dossiers de candidature sont sélectionnés par le Conseil d’enseignement de l’IHEST en fonction :

  • de la qualité du parcours des candidats et de leur projet professionnel
  • du soutien de leur employeur
  • de l’intérêt des candidats pour la science et le déploiement des relations science-société.

Les personnes admises à suivre le cycle de l’IHEST sont désignées par arrêté des ministres chargés de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche. Ils deviennent ainsi auditeurs de l’IHEST

Le calendrier de la sélection :
Réception des candidatures avant le : 20 mai 2019
Examen des candidatures par le Conseil d’enseignement de l’IHEST (mai-juin).
Information des candidats (fin juin 2019)

LE DÉROULEMENT-TYPE D’UN CYCLE DE FORMATION

Le cycle se compose : d’un séminaire d’intégration de 4 jours en résidentiel ; de 5 sessions thématiques de 2 jours à Paris ou en région parisienne ; d’une session de 3 jours en région ; d’une session de 4 jours dans un pays européen ; d’une session de 8 jours à l’international ; de 4 jours consacrés aux travaux d’ateliers ; d’une journée en immersion dans un environnement professionnel différent.

La pédagogie s’articule autour de cinq grandes composantes :

  • Une progression pédagogique fondée sur un aller et retour permanent entre apport de connaissances théoriques, analyse critique de ces connaissances et mises en situation. Elle alterne les exercices de productions individuelles et collectives.
  • Un séminaire d’intégration, en début de cycle permet de créer le groupe, de lancer une dynamique collective et de familiariser les auditeurs avec les méthodes de travail de l’Institut.
  • Cinq sessions thématiques, sur de grands enjeux sociétaux (économiques et technologiques, sociaux, politiques, culturels) abordés par les meilleurs experts ou chercheurs, de stature internationale, de différentes disciplines. Leurs apports sont mis en relation par les auditeurs et soumis à leur analyse critique et à leurs questions.
  • Trois formes d’études de cas
    • Les ateliers, au cours desquels les auditeurs étudient une thématique concrète, de manière autonome et en pratiquant la démarche scientifique et les méthodes d’intelligence collective. ;
    • Des études de cas sur le terrain, notamment lors des sessions en Région, en Europe et à l’international
    • L’immersion, auprès d’un ancien auditeur, pour découvrir d’autres environnements professionnels
  • Des productions collectives
    • La session internationale est sanctionnée par une note de position, écrite collectivement et présentant les principaux constats effectués ainsi que les signaux faibles détectés pendant les visites.
    • Les ateliers font l’objet d’un rapport d’étonnement collectif que chaque groupe présente, lors de la session de clôture du cycle, devant un jury de professionnels.

LE SUIVI ET L’ÉVALUATION DE LA FORMATION

Les connaissances et compétences acquises dans le cadre du cycle national sont :

  • autoévaluées par l’auditeur à l’issue de chacune des sessions thématiques par le biais d’appréciations individuelles et anonymes sur un formulaire électronique ;
  • évaluées par le biais des productions collectives

L’évaluation finale du cycle est déterminée par les critères d’assiduité, la qualité de contribution à la dynamique de groupe et par la présentation du rapport d’étonnement devant un jury le jour de la clôture officielle du cycle.

La direction de l’IHEST propose la liste des auditeurs aux ministres chargés de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, qui les nommeront par arrêté ministériel.

LES COMPÉTENCES VISÉES

  • Acquérir des connaissances sur l’histoire des sciences et l’économie de la connaissance
  • Appréhender la valeur ajoutée des sciences et de l’innovation dans tous les secteurs d’activité de la société
  • Appréhender et anticiper les impacts éthiques et sociaux des évolutions de la science et de la technologie
  • Acquérir les fondamentaux de la démarche scientifique et savoir les adapter à son environnement
  • Stimuler sa créativité et ses capacités à innover, inventer
  • Mobiliser, savoir utiliser l’intelligence collective au bénéfice de la prise de décision
  • Savoir organiser un débat et gérer les controverses dans différents environnements, avec différents publics
  • Développer ses capacités à enrichir et diversifier son réseau
  • Se décentrer, explorer, prendre du recul, décloisonner sa pensée
  • Développer son esprit critique et se capacités de communication

Contact :

Solenne Auger : solenne.auger@ihest.fr / 0155558967

Publié le jeudi 18 avril 2019,
mis à jour le mardi 30 avril 2019