Accueil > Les Formations > Le cycle national > Le cycle national : présentation > Pourquoi se former à l’IHEST ?

Enregistrer au format PDF
Le cycle national : présentation

Pourquoi se former à l’IHEST ?

Vous hésitez à poser votre candidature au cycle national de formation de l’IHEST ? Pourquoi investir trente-quatre journées d’une année déjà bien chargée en réunions, en dossiers, en responsabilités, en choix à opérer, en conflits à régler quand on est un décideur de haut niveau ? Dans leurs évaluations de fin d’année, que disent, dans leur grande diversité, les auditeurs de la formation qu’ils ont reçue ?

D’abord, ils y trouvent des moyens, des conditions et par dessus tous des intervenants de qualité, pour comprendre l’univers des sciences et des technique et sa place dans la société :

• « Permettez-moi de commencer cet exercice d’évaluation en disant à quel point le cycle national de l’IHEST est exceptionnel à de nombreux égards : la qualité des intervenants, la diversité des participants et leur ouverture d’esprit, l’impeccable organisation logistique des journées et des voyages qui permet de se concentrer sur les échanges, la réactivité des équipes, l’abondance de documents sur les thèmes abordés, tout cela a fait de cette année, une année de formation et de réflexion formidablement riche. »
• « A chaque session, j’ai trouvé de nouveaux challenges intellectuels, professionnels ou sociaux, des portes entrouvertes proposant des pistes complémentaires à explorer. »
• « Il me paraît crucial de garder cette multiplicité de points de vue, en croisant les disciplines scientifiques (sciences sociales et humaines, sciences de la terre et de la vie, sciences technologiques etc.) et les regards d’industriels, de décideurs publics et de médiateurs (journalistes par exemple). »
• « Me (re)nourrir de fondements théoriques, historiques, philosophiques, économiques : oui, objectif rempli ! Quel ressourcement et, dans certains domaines, des connaissances nouvelles, qui permettent de mieux appréhender les différents regards sur les sciences, le progrès et l’innovation et les enjeux associés ; mieux comprendre les controverses qu’ils peuvent susciter aussi et notamment pourquoi progrès et innovation ne font pas toujours l’unanimité ; mieux comprendre également les liens entre l’innovation d’une part, la croissance et l’emploi d’autre part, comme le rôle central de l’entreprise et de l’esprit d’entrepreneuriat pour relever les défis qui se posent aujourd’hui à notre économie, et la nécessité impérieuse qu’il y a à construire des ponts entre la recherche et l’entreprise. »

Ils y ont aussi aiguisé leur esprit critique, au service de visions stratégiques :

• « J’appréhende bien mieux –je pense– la diversité des opinions dans l’univers professionnel qui m’entoure, mais aussi a fortiori dans la société toute entière. »
• « Cela a aiguisé ma vigilance sur la rhétorique qu’un acteur peut mettre en œuvre et, avant de forger mon analyse, m’oblige à prendre en compte les arguments contraires. »
• « Cette année aura contribué à me transformer d’acteur-citoyen sur les problématiques sciences-société en un acteur plus pertinent dans mon environnement professionnel et en un citoyen éclairé, mieux armé pour élaborer un argumentaire et participer aux débats. »
• « Fort de la diversité, de la profondeur et de la consistance des interventions, je puis dire, sans risque de trop me tromper, que ma vision sur les interactions sciences et sociétés semble plus claire et mieux étoffée. En termes de capacités d’analyses, plusieurs outils et informations m’ont été révélés. Ce qui me permettra d’analyser les situations en connaissance des causes, mieux que par le passé. »
• « Le cycle est un moment fort dans la vie professionnelle à recommander à tous ceux qui souhaitent bousculer les idées et avoir différents prismes de réflexion. »
• « Au-delà de la simple qualité de réflexion, le cycle permet de confronter des idées et pensées à la réalité de la vie professionnelle. Quelle place accorder, dans son quotidien, aux sciences et au progrès, et comment intégrer leurs apports ? Le cycle m’a permis de repenser ma pratique professionnelle. J’ai d’ailleurs commencé à élargir mon périmètre professionnel en me rapprochant des lieux de recherche, d’innovation et d’expérimentation en interne dans mon Groupe. »
• « Certaines interventions incitent même à s’interroger sur le sens à donner à sa propre activité voire à certains métiers. »

Ils y ont trouvé des méthodes, de construction de questions et négociation, qu’ils savent désormais réutiliser et ils ont fondé un réseau

• « Les formes d’interaction que nous avons expérimentées lors du cycle m’ont permis de repenser mes schémas de travail. »
• « La technique des questions en groupe est pour moi une découverte et une approche tout à fait remarquable pour partager les points de vue, négocier les approches et obtenir bien plus que la question posée au final…C’est une technique que je vais faire mienne dans mon travail. »
• « J’ai également été frappé par le fait qu’une douzaine d’auditeurs avaient été capables, malgré une organisation de nos travaux très permissive (pour ne pas dire laxiste), qui aurait dû –dans mon référentiel de travail habituel– nous conduire à gaspiller un temps précieux, en un temps assez limité, de produire une description et une analyse de la problématique étudiée somme toute très valable, et apparemment exploitable par des décideurs politiques. Voilà une expérience à la fois étonnante, passionnante et remarquable. »
• « Les tensions ont été peu nombreuses, les conflits invisibles, alors qu’on aurait pu facilement imaginer l’inverse, tant les oppositions intellectuelles à propos du thème de l’année étaient grandes. Je ne sais pas si c’est le cas chaque année, mais je l’interprète pour ma part par trois facteurs : le parcours pédagogique et « convivial » ; la grande qualité des auditeurs et leur aptitude au dialogue et à la remise en question (et le fait qu’ils soient là pour cela) ; l’inhibition provoquée par la règle d’effacement des parcours de chacun, qui se révèle frustrante comme féconde. Au final, un réseau social s’est effectivement constitué, fondé sur une culture commune. Et non sur une pensée commune, comme je l’ai signalé : paradoxe fécond ! »
• « Si je devais résumer en deux mots ce que m’a apporté la formation : outils pédagogiques développement et affirmation. »
• « Cela change ma manière d’aider les équipes à monter des projets de recherche.
À travers l’échange le questionnement et la capacité à se décentrer j’arrive mieux à interroger les collègues pour formuler ce que nous n’arrivons pas toujours à dire »
• « L’accent sur l’écoute, la bienveillance, l’échange contradictoire mais toujours positif devrait faire partie de l’hygiène quotidienne du dirigeant et du manager. »

Ils y ont trouvé des motivations et du sens pour conduire différemment leur responsabilité

• « Cette expérience m’a également ouvert des perspectives et des envies de mobilité professionnelles… »
• « Cette année m’a permis de me questionner en permanence sur les choix politiques que je peux faire dans ma pratique d’élu. Lors des moments de « controverses », la composition des tables-rondes reflétait souvent bien une diversité de point de vue et de disciplines scientifiques, ce qui donnait un caractère très riche aux échanges. C’est grâce à ces moments de « capture intellectuelle », puis de débat, d’échange, que la complexité des liens entre sciences et société se faisait jour. Cela m’a fait les appréhender beaucoup mieux qu’auparavant - sans affirmer que j’y arrive aujourd’hui ! - mais en tout cas m’a fait beaucoup progresser dans la capacité à voir les enjeux sociétaux existant dans les découvertes scientifiques et industrielles. Avec, et c’était bien la finalité du cycle de cette année, la question permanente : pour quelle finalité, avec quel objectif ? dans quelle vision du Progrès ? »
• « Apprendre à écouter l’autre. Comprendre que l’autre n’a pas le même parcours universitaire ou professionnel que soi. Comprendre que l’autre n’a pas les mêmes codes, les mêmes objectifs, les mêmes préoccupations que soi. Comprendre que l’autre est intrinsèquement « riche » et que sa parole compte. J’ai appris énormément des échanges avec les auditeurs avec lesquels je partageais a priori le moins de choses, et dont les « valeurs » me semblaient les plus éloignées des miennes. »
• « L’IHEST contribue fortement à m’aider au quotidien dans ma fonction de manager. Tant sur la prise de distance, le lâcher prise, que sur le discernement dans des situations complexes. Ou encore sur le rapport entre réflexion, analyse, synthèse, oral et écrit. Ce point mériterait à lui seul d’être travaillé plus finement. »
• « L’IHEST ne nous met pas seulement devant des idées mais aussi devant un monde où les initiatives se traduisent rapidement en projets concrets. »

Ils y ont trouvé un lieu de formation, d’échange et de développement personnel

« La promotion constitue un véritable lieu d’écoute, d’échanges où des valeurs de tolérance, de bienveillance et de respect sont partagées par la plupart des auditeurs. Cela mérite d’être souligné. C’est aussi grâce à cela que l’IHEST constitue un lieu d’apprentissage et de développement personnel. »
« Le kaléidoscope chatoyant des points de vue entre auditeurs de l’IHEST est édifiant et sympathique. Certes, nous avons tous en commun une culture et un rôle lié à la science, et même en conséquence quelques valeurs, cela fait partie du jeu. Mais quelle diversité dans la compréhension du champ de forces économique et social ! Pour qu’il y ait dynamique il faut qu’il y ait différence de potentiel (comme pour le courant dans un réseau électrique) : à ce titre, dialogue et controverses entre acteurs de l’industrie et des institutions publiques en sont un bel exemple. »

Ils y ont trouvé souvent plus que ce qu’ils en attendaient.

« Il en est du cycle de formation de l’IHEST comme il en est de beaucoup d’autres expériences : il faut le vivre pour le croire…Comme l’ensemble de mes amis et collègues de la promotion, je quitte le cycle avec, dans mon bagage d’auditeur, plus et mieux que je ne pensais y trouver »

Alors n’hésitez pas, envoyez vos candidatures !

Olivier Dargouge
IHEST

Publié le jeudi 1er mars 2018,
mis à jour le lundi 19 mars 2018