Accueil > Les Formations > Le cycle national > Cycles nationaux précédents > Cycle national 2011-2012 > Programme > Sciences et sociétés Les nouveaux horizons de la puissance dans la (...)

Enregistrer au format PDF

Cycle de formation 2011 - 2012

Sciences et sociétés Les nouveaux horizons de la puissance dans la mondialisation

Paris 7 juin 2012

Le cycle national de l’IHEST 2011-2012 a interrogé la notion de puissance, ses rapports aux sciences et aux technologies, ses traductions dans les territoires, ses représentations dans la société. La puissance ressortit à la créativité, à l’émergence, mais à leur différence, elle est toujours l’expression d’une force rapportée à une autre dimension, un espace, un « territoire », qu’il soit géographique, économique, social ou politique. Les auditeurs ont pu analyser les manifestations de la puissance dans les sciences et dans la société, à travers des situations concrètes dans des universités, des entreprises, des régions, des pays - l’Allemagne et la Chine - ou au niveau de l’Union européenne. Partout, la puissance s’appuie sur l’utilisation d’une force, celle de la connaissance.

La puissance s’ancre dans des territoires, d’échelles géographiques et politiques différentes. La bonne articulation entre ces différents niveaux, espaces supranationaux, nationaux et territoriaux, est une garantie de leur développement. Leur coopération n’exclue pas la compétition entre les acteurs. La qualité de l’interaction entre les « écologies de la connaissance » et les systèmes d’innovation industriels est apparue tout au long de ce cycle comme un des éléments déterminants dans la croissance et la puissance d’un territoire. La nécessité de s’y appuyer sur un socle productif, d’un tissu industriel dense pour développer les innovations a fait écho au débat européen sur le besoin de développer des politiques européennes industrielles et faire face à la concurrence des grands pays émergents. Les politiques d’implantation des centres de R&D des grands groupes industriels mondialisés deviennent un enjeu concurrentiel majeur.

Dans ces dynamiques d’affirmation de puissance, il ne faut pas minimiser le rôle majeur de l’histoire et de la culture des territoires, comme les auditeurs ont pu le vérifier sur l’exemple d’une région, l’Auvergne, d’une ville-Etat allemande, Hambourg, ou encore d’une entreprise, Michelin.
La marque de la puissance s’inscrit aussi dans la durée et dans la prise en compte des horizons temporels des différents acteurs. Les exemples de l’Allemagne et de la Chine montrent le rôle du temps long pour développer des choix stratégiques liant recherche, innovation et industrie.
L’Allemagne met en œuvre de nouvelles régulations entre pouvoirs publics, recherche, milieux économiques et sociaux et sa capacité à rechercher un consensus entre ces acteurs apparaît comme un facteur important de réussite.
La Chine s’appuie sur la planification pour s’imposer comme un acteur majeur de la recherche scientifique et technologique même si son développement accéléré n’est pas exempt de paradoxes et de concurrence entre les différents territoires.

A l’aune de la notion de puissance, les questions du débat public sur les sciences et les technologies et de leur appropriation sociale se sont posées avec acuité. L’importance de ces enjeux a marqué tout le cycle national, en particulier quand les auditeurs ont étudié des objets précis, éléments du quotidien de sociétés confrontées à l’incertitude et à la complexité : la cryptologie et la biométrie, la biologie de synthèse, l’eau, l’observation satellitaire de la Terre, les usages civils et militaires de l’énergie nucléaire…

De tels objets figurent de nouveaux horizons de la recherche et de l’innovation, de nouveaux usages en lien avec des nouvelles technologies. Leur étude a montré qu’ils ne peuvent se développer sans appropriation sociale. Les débats et les controverses ouvrent des possibles pour les arbitrages politiques. Ils suscitent des pratiques scientifiques, politiques, économiques, sociales qui rendent indispensable une réflexion sur les enjeux éthiques et d’éducation.

Ces différentes approches des relations entre sciences, sociétés et puissance conduisent à revenir, lors de la séance officielle de clôture, sur des questionnements qui ont émaillé la réflexion en cours d’année :

  • L’Europe face aux défis de la croissance de la Chine d’abord. Dans un espace mondial profondément transformé, l’Europe saura-t-elle s’affirmer et unifier ses vues autour de priorités claires pour développer une coopération équilibrée avec la Chine ?
  • Les enjeux de puissance en matière d’innovation ensuite. Comment analyser les rapports entre croissance et innovation ? Quels sont aujourd’hui les territoires de l’innovation et quelle nouvelle carte du monde dessinent-ils ? Que représentent les acteurs français et européens dans cet espace ?
  • Enfin la puissance ce sont les hommes ! La mondialisation de l’économie est marquée par les évolutions de la démographie et de la consommation. Au cœur de ces dynamiques la concurrence par les savoirs se fait de plus en plus vive. Quels sont les enjeux pour l’enseignement supérieur ? Que révèle l’analyse des modes de consommation, ou des évolutions démographiques, sur l’innovation et les changements géopolitiques ?

Juin 2012
Marie-Françoise Chevallier-Le Guyader
directrice de l’IHEST

La promotion Christiane Desroches Noblecourt

(Les fonctions des auditeurs mentionnées ici sont celles d’octobre 2011 à leur entrée à l’IHEST)

ALAZAR Nathalie Alazard-Toux
directrice, direction Economie et Veille, IFP Energies nouvelles
AUDOUIN Olivier Audouin
directeur des affaires externes, Alcatel-Lucent Bell Labs France
BELHADJ Lotfi Bel-Hadj
président, fonds LBH Développement
BERNARD E Eric Bernard
directeur de la stratégie, direction générale technique, Dassault Aviation
BERNARD F Frédéric Bernard
directeur général adjoint , UMC santé Prévoyance
BERRY Dominique Berry
directeur adjoint, département systèmes biologiques, CIRAD
BOREL Corinne Borel
adjointe au directeur, direction des sciences de la matière, CEA
BRIDOT Eric Bridot
directeur technique Recherche et Technologie, division Safran Electronics, Sagem Défense Sécurité
CERVEL Jean-François Cervel,
inspecteur général de l’administration de l’Education nationale et de la Recherche, ministère de l’Education nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative
CHEVOIR François Chevoir
directeur adjoint, laboratoire Navier, Institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux (IFSTTAR)
COPPALLE Jérôme Coppalle
adjoint au sous-directeur de l’innovation, direction générale de l’enseignement et de la recherche, ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l’Aménagement du territoire
COUVERT Carole Couvert
présidente du groupe CFE-CGC, Conseil Economique Social et Environnemental
CREZE Patrick Creze
directeur, adjoint au délégué, Délégation interministérielle à l’Aménagement du territoire et à l’Attractivité régionale (DATAR)
DEBISSCHOP Véronique Debisschop
directrice de l’Action régionale, de l’Enseignement supérieur et de l’Europe, direction générale, INRA
DUAULT Hubert Duault
directeur général, Paris Développement
FOHANNO Olivier Fohanno
commissaire divisionnaire, chef de la mission pour la politique de l’innovation et des partenariats technologiques, service des technologies et des systèmes d’information de la sécurité intérieure, direction générale de la police nationale, ministère de l’Intérieur, de l’Outre-mer, des Collectivités territoriales et de l’Immigration
GERARD Thomas Emmanuel Gérard
fondateur et gérant, SUSTENN
GRISON Xavier Grison
responsable du pôle matériaux et composants, direction générale de l’armement, ministère de la Défense et des Anciens Combattants
GUEGOT Françoise Guégot
députée de Seine-Maritime
ISOARD Gilbert Isoard
président de R3D3 ; directeur du Collège des Hautes Etudes de l’Environnement et du Développement Durable-Méditerranée (CHEDD Méditerranée)
JACQUET Joël Jacquet
délégué à la recherche et aux relations industrielles, campus de Metz, Supelec
JEANTET Romain Jeantet
professeur, Institut supérieur des sciences agronomiques, agroalimentaires, horticoles et du paysage, Agrocampus Ouest
JOURDAN Amaury Jourdan
directeur technique, systèmes d’information et de communication, Thales Communications SA
KELENBACH Sacha Kallenbach
inspectrice générale de l’administration de l’Education nationale et de la Recherche ; ministère de l’Education nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative
KHALATBARI Azar Khalatbari
journaliste, chef de rubrique, département Presse, Sciences et Avenir
KOSLOWSKI Krzysztof Kozlowskisztof
directeur, Telekomunikacja Polska, Orange Labs (Pologne)
LEMOING Philippe Le Moing-Surzur
sous-directeur des études et des projets, direction des systèmes d’information et de communication, ministère de l’Intérieur, de l’Outre-mer, des Collectivités territoriales et de l’Immigration
LESTIENNE Cécile Lestienne
directrice de la rédaction, Arts Magazine
LUCAS Hélène Lucas
chef du département de génétique et d’amélioration des plantes, INRA
MACHURE Nora Sestna Machure
proviseure, lycée Albert Einstein, Académie de Versailles
MASSIP Arnaud Massip
administrateur adjoint, section des activités économiques du Conseil économique, social et environnemental
MEDDAHI Malika Meddahi
membre de l’équipe de coordination de l’opération du grand collisionneur de hadrons, adjointe du chef de projet des injecteurs du LHC, CERN
mermet Nathaly Mermet
journaliste, correspondante, Biotech Info
MOULIN Catherine Moulin
directrice santé et environnement, SFR
PECHMEGRE Jean-Pierre Pechmegre-Caminade
chargé de mission partenariats, direction générale, Synchrotron SOLEIL
POSTAIRE Eric Postaire
chargé de mission auprès des Secrétaires perpétuels, Académie des sciences
PINDHIA Ramesh Pyndiah
responsable du département signal et communications, Telecom Bretagne
RABBE Catherine Rabbe
adjointe au chef de programme Aval du cycle actuel, direction de l’énergie nucléaire, CEA
RIOUX Claire Rioux
inspecteur de l’Education nationale, Académie Orléans-Tours, ministère de l’Education nationale, de la Jeunesse et de la Vie Associative
RIZAND Anne Rizand
directrice régionale Auvergne-Limousin, Cemagref
ROEST Walter Roest
responsable des secteurs géosciences et écosystèmes profonds, direction de la prospective et de la stratégie scientifique, Ifremer
ROY Stéphane Roy
adjoint au chef du service environnement et procédés innovants, BRGM
SOULAS Marc Soulas
chef de la division criminalistique, ingénierie et numérique, Institut de recherche criminelle de la Gendarmerie nationale, ministère de l’Intérieur, de l’Outre-mer, des Collectivités territoriales et de l’Immigration
TANGUY Jean-Michel Tanguy
directeur de projet, direction de la recherche et de l’innovation du Commissariat général au développement durable, ministère de l’Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement
THIOLLET Jean-Patrick Thiollet
chef du pôle rayonnement en charge des affaires publiques et des relations institutionnelles, Marine nationale, ministère de la Défense et des anciens combattants
WIART Bruno Wiart
ingénieur en chef système, logiciel et systèmes d’information critiques, direction technique, Thales Alenia Space

Christiane Desroches Noblecourt


Première femme égyptologue, résistante pendant la Seconde guerre mondiale, surnommée « la dame du Nil », Christiane Desroches Noblecourt, décédée en juin 2011 à l’âge de 97 ans, a fait toute sa carrière au Musée du Louvre. Responsable du département des Antiquités égyptiennes du Louvre, elle a joué un rôle déterminant pour sauver les temples antiques de Haute-Egypte, dont ceux d’Abou Simbel. Première femme nommée au poste de pensionnaire de l’Institut français d’archéologie orientale au Caire, première femme à recevoir la médaille d’or du CNRS, grand Croix de la Légion d’honneur, auteur d’une quinzaine d’ouvrages, elle a travaillé inlassablement à rendre l’archéologie égyptienne accessible au plus grand nombre, en organisant notamment la célèbre exposition sur Toutankhamon en 1967 à Paris.

PROGRAMME

Paris - Palais d’IénaSiège du Conseil économique social et environnemental
08h15 – 09h00Accueil des participants
09h00 – 09h20Introduction

Bertrand COLLOMB, président de l’IHEST

Jean-Paul DELEVOYE, président du Conseil économique, social et environnemental (CESE)

09h20-09h30Sciences, sociétés et puissance ; le cycle 2011-2012

Marie-Françoise CHEVALLIER-LE GUYADER, directrice de l’IHEST

09h30-09h40Regards croisés de la promotion Christiane Desroches Noblecourt

Malika MEDDAHI et Romain JEANTET, délégués des auditeurs

09h40-09h50Hommage à Christiane Desroches Noblecourt

Elisabeth DAVID, égyptologue, Musée du Louvre

09h50 – 10h20Quelle stratégie globale pour l’Union européenne vis-à-vis de la Chine ?

François GODEMENT, professeur à l’Institut d’études politiques de Paris (SciencesPo), directeur pour la stratégie d’Asia Centre

10h20 – 10h40Pause
10h40 – 11h10Innovation et enjeux de puissance

Philippe LAREDO, directeur de recherche à l’université Paris-Est, professeur à l’université de Manchester

11h10 – 12h10Education, consommation, démographie : des défis mondiaux pour les sociétés

Jean-Pierre BOURGUIGNON, directeur de l’Institut des hautes études scientifiques (IHÉS)

Dominique DESJEUX, professeur d’anthropologie sociale et culturelle à l’université Paris Descartes

Gilles PISON, directeur de recherche à l’Institut national d’études démographiques (INED)
Echanges avec la salle

12h10 – 12h30Clôture officielle

Remise des médailles aux auditeurs de la promotion Christiane Desroches Noblecourt

Publié le mardi 5 juin 2012,
mis à jour le samedi 15 mars 2014