Accueil > Les Formations > Le cycle national > Cycles nationaux précédents > Cycle national 2010-2011 > Programme > Une société créative : les sciences, l’innovation et l’éducation en (...)

Enregistrer au format PDF
Cycle national 2010-2011

Une société créative : les sciences, l’innovation et l’éducation en question

Programme prévisionnel

Programme prévisionnel du cycle national 2010-2011
Une société créative : les sciences, l’innovation et l’éducation en question

Programme prévisionnel

Session 1 - Arc et Senans - Intégration de la promotion

La créativité en jeu. Connaître, imaginer, inventer, concevoir, innover : analyses croisées sur les démarches et les temporalités.

Que faut-il comprendre de la notion de créativité, omniprésente dans le discours actuel ? Découvrir, inventer, concevoir, créer : autant de mots qui recouvrent des démarches différentes et dont nous savons tous qu’elles ont débouché sur des connaissances, des trouvailles, des concepts, des créations qui marquent notre vie quotidienne. Toutes sont reliées par une dimension fondamentale : le temps qui impacte la dynamique même des sciences, des techniques et l’ensemble des débats science-société. Tenter d’approfondir les démarches spécifiques de chacune d’entre elles, d’en éclairer les différents régimes temporels et de les mettre en perspective avec cette notion de créativité, tel sera l’objectif de la session. La chance favorise les esprits préparés, disait Louis Pasteur. Quels rapports donc entre rationalité, sérendipité, conception et créativité ? Y a-t-il des clefs qui ouvrent la voie à ces démarches ? Peux-t-on faciliter l’exercice de la créativité ? La nécessaire transgression des frontières de la connaissance repose-t-elle sur la créativité ? Quelles analyses apportent l’histoire et la philosophie des sciences sur les ruptures et décentrements qui ont conduit à de nouveaux concepts, à des inventions ? Quels regards portés sur la créativité par la physique, la biologie ? Quelle place pour la créativité dans les processus d’ingénierie, dans les entreprises ?

Ouverture officielle du cycle national 2010-2011

Sciences, éducation,et citoyenneté : creuset de créativité pour l’Europe

Session 2

La connaissance, l’innovation : vers une économie de la création ?

La connaissance et l’innovation ont été placées au cœur du développement économique de l’Europe, à travers notamment les accords de Lisbonne. Une priorité est donnée, dans les pays développés et en émergence, à l’économie de la connaissance pour surmonter la crise actuelle et les menaces identifiées.
Les évolutions actuelles en Europe des écosystèmes de la recherche, de l’enseignement supérieur et de l’innovation seront analysées de même que celles des entreprises pour l’innovation. La notion de conception sera approfondie, en lien avec celle d’innovation et de créativité. D’une façon générale, la façon dont les institutions publiques et privées donnent une place aux processus créatifs sera approchée ainsi que les questions d’évaluation.
Durant cette session sera aussi exploré le concept de créativité qui apparait aujourd’hui dans la théorie économique sous la notion de territoires et de villes créatives et, plus généralement, de communautés créatives. Ce glissement est-il sémantique ou caractérise-t-il un nouveau mode de développement qui marque certaines zones dans le monde ? De quelle vision de la croissance, la créativité est-elle motrice ? De quelles valeurs ? Quelles limites ? La concurrence entre territoires se développe-t-elle dans le champ de la créativité ou ailleurs ? Existe-t-il des économies créatives et d’autres qui ne le sont pas ?
Les modalités actuelles de l’innovation technologique, les dynamiques mondiales à l’œuvre autour des questions de propriété intellectuelle et industrielle, de l’intelligence économique, de la création d’entreprise, de leur financement par le capital risque seront aussi présentées.

Session 3

Voyage d’études et rencontre européenne en région Rhône Alpes

Le déplacement permettra de prendre la mesure des évolutions récentes des dispositifs de recherche publique et privée, d’innovation et des missions de l’Université. Il sera aussi l’occasion d’appréhender les rôles respectifs de l’État, des instances régionales et de l’Union européenne pour le soutien de ces activités.
Un questionnement spécifique portera sur l’échelle nécessaire à leur développement et les coopérations locales, interrégionales et globales. Y a-t-il des territoires plus innovants que d’autres ? Quelle place donnent-ils à la créativité ?

Session 4

Créativité et rapports art-science Session européenne en région

La première journée portera sur les rapports entre art et science et sera organisée avec les responsables d’établissements culturels. Des rencontres avec des binômes scientifiques-artistes seront envisagées et il sera donné aux auditeurs d’explorer concrètement les méthodes de créativité. Les processus conscients et inconscients font l’objet d’approches multidisciplinaires de recherche : des neurosciences, de la psychiatrie, des mathématiques, de la physique à la philosophie en passant par la psychanalyse, la psychologie ou encore l’anthropologie. La seconde journée ouverte au public permettra de revenir sur les sciences, la culture et l’interdisciplinarité. Aujourd’hui des notions comme l’intentionnalité, les émotions, le développement du raisonnement se dévoilent peu à peu. Des frontières de la connaissance du comportement humain, que pouvons- nous apprendre sur notre relation au monde, sur notre créativité ? Quelles questions philosophiques soulèvent des approches qui associent ces résultats à ceux de la technologie.

Session 5

Leçons des civilisations : sciences, technologies au cœur du développement

Comment les politiques scientifiques de recherche, d’innovation se sont-elles inscrites et s’inscrivent-elles aujourd’hui dans des enjeux géopolitiques et de développement ? Quelles stratégies et concurrences pour la formation ? Quelles attractivités suscitent-elles ? Comment la France s’inscrit-elle dans ces mouvements mondiaux ? Quels investissements dans les pays émergents, dans les pays en développement ? Plus fondamentalement, que nous enseigne un regard comparé entre les civilisations aux cultures, aux religions différentes de la nôtre ? D’ou viendra le prochain Galilée ?


Session 6

La bibliothèque numérique : allons-nous changer la lecture ?

L’impact de la technologie sur les usages, le développement de l’économie numérique et les débats que ces changements technologiques suscitent, seront discutés à partir du cas particulier des bibliothèques numériques. Notre approche du patrimoine culturel, de notre propre culture en seront-t-elles modifiées ? La lecture en sera-telle modifiée ? Comment les jeunes intègrent-ils ces changements ? Que se passe-t-il dans le monde ?
Une réflexion plus large sur les objets techniques dans nos sociétés sera proposée. La session sera l’occasion de regarder comment la numérisation et l’informatique se sont développées. Quel est le rôle de la recherche dans ce secteur et notamment celui des sciences humaines et sociales. Les relations entre la technologie et le droit seront aussi abordées à cette occasion.

Session 7 - Déplacement à Bruxelles

l’Europe et les sociétés européennes sont-elles créatives ?

Ce déplacement sera considéré comme un module très spécifique de la formation de l’IHEST. Il durera plusieurs jours et aura la particularité d’associer à la promotion des participants européens, des « auditeurs associés ». Ce sera l’opportunité pour l’IHEST de faire découvrir son activité et ses méthodes. Ce sera pour les auditeurs l’occasion de vivre un décalage culturel qui leur permettra d’apprécier la culture européenne, les rapports de compétition et coopération qui marquent la construction de l’Europe, en particulier dans les domaines de la recherche, de l’éducation et de l’innovation.
Une journée sera consacrée à l’Europe en tant que telle. Les autres journées permettront d’aborder des objets spécifiques, comme la créativité dans la ville de Bruxelles.

Session 8

Le changement climatique : sciences et technologies au cœur d’une nouvelle géopolitique

La recherche, l’innovation sont requises pour trouver des formes nouvelles de développement qui prennent en compte la menace mondiale des changements climatiques. Lutter ou s’adapter : le débat n’est pas clos mais la question énergétique y est centrale et, du marché carbone aux projets futuristes d’ingénieurs, comment anticiper, prévoir ? Que faut-il privilégier : une approche technologique ou une modification de nos comportements, de nos économies, de nos valeurs ?
Une nouvelle géopolitique se dessine, sous-tendue par des investissements dans de nouvelles technologies. La dynamique des « technologies propres » sera analysée. Une réflexion sur les niveaux de gouvernance de ces évolutions complexes sera présentée.
Sous un autre angle, la session abordera aussi la question des controverses scientifiques, des lobbies et de l’information.

Session 9

La vaccination : santé publique, risques et précaution

Marquée par la culture pastorienne, notre société découvre qu’elle le devient de moins en moins. La vaccination est de plus en plus remise en cause. Quelle vision alternative de la médecine cela recouvre-t-il ? Est-ce un phénomène mondial ? Enjeu de santé publique, comment raisonner l’investissement collectif dans la vaccination et l’économie de la santé ? Quel poids économique ? Quelle gestion de la précaution et des risques ? Peux-t-on concilier responsabilité individuelle et collective ? Enfin, quels sont les enjeux vis-à-vis des pays en développement ?
La session permettra aussi d’aborder la place de l’industrie pharmaceutique en France et dans le monde et ce qu’est l’innovation biomédicale.

Session 10

L’enseignement primaire : enseigne-t-on la créativité à l’école ?

Le regard que portent nos sociétés sur l’enfance relève de la morale mais devient aujourd’hui un enjeu économique majeur pour les sociétés vieillissantes. À travers ce débat, c’est une démarche prospective sur notre société et sur la place de l’éducation qui sera proposée aux auditeurs. La spécificité du modèle français et sa comparaison avec d’autres systèmes seront discutées.
Quelle éducation proposer dès le plus jeune âge ? Quelle démarche susciter : de créativité, d’innovation, de rationalité ? Quel rôle central de la langue maternelle ? Quelles priorités dans les apprentissages ? Que nous enseigne la recherche de ces dernières années ? Le modèle éducatif français est-il toujours pionnier ? Est-il possible de transmettre les sciences ? tel sera l’aspect essentiel de ce débat qui abordera les difficultés de cet exercice et le rôle des enseignants et médiateurs.

Session 11 Voyages d’études

Amérique du Nord : Montréal et Chicago

Un déplacement dans cette zone trouve toute sa légitimité dans le cadre de ce cycle. La visite de ces deux villes largement dédiées à la recherche et à l’innovation technologique et sociale permettra d’illustrer les mutations à l’œuvre dans les pays développés : d’une part la ville créative de Montréal, marquée par l’industrie du numérique dans un contexte politique, culturel et social spécifique ; d’autre part, la ville de Chicago marquée par des universités prestigieuses, une approche novatrice du design dans un contexte industriel en pleine restructuration.

Session 12

Clôture officielle

Travaux

Journées d’immersion

Comme les années précédentes le cursus intégrera des journées d’immersion : un ancien auditeur parraine l’arrivée d’un nouvel auditeur en l’accueillant dans son cadre professionnel. L’IHEST choisit ces binomes de façon à « immerger » le nouvel auditeur dans un environnement professionnel le plus éloigné possible de son propre quotidien.

Ateliers

Les ateliers fournissent aux auditeurs l’occasion d’approfondir l’étude d’un cas concrêt d’interaction science-société et créent les conditions d’une intelligence partagée entre eux. L’activité des ateliers permet à 4 groupes d’auditeurs (10 à 12 auditeurs par groupe), conduits par un animateur, de se mettre individuellement en situation de non expert pendant huit séances d’une demi journée.
Chaque séance d’ateliers comprend : des entretiens avec des personnalités, experts dans leur domaine, choisies par le groupe ; une visite sur un lieu emblématique du thème, à la rencontre de la diversité des acteurs impliqués ; des analyses de documentations et informations disponibles ; l’apprentissage de méthodes de débat public, de gestion de la controverse et de recherche de consensus entre acteurs aux intérêts divergents.
Chaque atelier donne lieu, en fin de cycle, à la rédaction collective d’un rapport d’étonnement présenté en public lors de la séance de clôture du cycle.
Les thèmes des études de cas qui sont traitées sont choisis juste avant le début du cycle afin de rester au plus près de l’actualité.

Publié le mercredi 13 janvier 2010,
mis à jour le vendredi 22 novembre 2013