Accueil > Les Formations > Le cycle national > Cycles nationaux précédents > Cycle national 2010-2011 > Productions > Dialogues pour une société créative

Enregistrer au format PDF
Clôture du cycle national 2010-2011

Dialogues pour une société créative

Palais d’Iéna, siège du Conseil économique, social et environnemental, 9 place d’Iéna, 75016 Paris

Le cycle national d’études 2010-2011, Une société créative : les sciences, l’innovation et l’éducation en question, a approfondi les démarches à l’œuvre dans la recherche, dans les procédés de conception industrielle, d’innovation, en lien avec le concept de créativité. Les auditeurs ont observé comment ce concept était abordé dans les institutions, les entreprises, les collectivités locales, en France, aux Etats-Unis, au Canada et au niveau de l’Union européenne.

Dialogues pour une société créative

La créativité, omniprésente dans les discours actuels, est une réalité difficile à cerner. Elle recouvre des cheminements différents, est rythmée par des temporalités diverses, comme l’illustrent les approches croisées, interdisciplinaires, plurielles, développées tout au long du cycle.

Elle suscite des décentrements, des ruptures, « une sorte de déchirure dans la progression du savoir », indissociables de l’émergence de nouvelles idées et représentations. Elle change notre relation au monde, initie de nouveaux rapports entre les différents acteurs, au niveau global comme dans les territoires.

La dynamique même des sciences, des techniques et des débats science-société est liée à une dimension temporelle. Dans leur processus de recherche et de travail, quel rapport le chercheur, l’artiste, entretiennent-ils avec le temps pour « étendre les pensées et les idées » ? Comment se mettent-ils en situation de produire du nouveau ?

Les créations artistiques, les découvertes scientifiques, les inventions techniques s’inscrivent dans l’horizon d’attente de leur époque. L’acte créatif se nourrit de valeurs, de préférences, d’héritages. Aujourd’hui, le culte de l’instant, « la valorisation exacerbée de la simple réactivité des individus » affectent-ils la logique de création ?

« Une personne qui n’a jamais commis d’erreur n’a jamais innové » selon Albert Einstein. En France, contrairement aux pays anglo-saxons, l’échec n’est pas valorisé mais redouté. Une attitude plus constructive à son égard mérite d’être cultivée, en le considérant comme consubstantiel de la créativité, source d’innovation. Dans cette perspective, quelle serait une pédagogie de l’échec, apprenant à en retenir une leçon positive, dans un environnement éducatif qui donne confiance et envie de réussir ? Comment l’entreprise peut-elle gérer l’erreur, accompagner l’essai, pour ne pas brider la créativité et la prise de risque ?

Nous vivons dans une société du risque où « la frontière entre risques calculables et dangers incalculables ne cesse d’être franchie ». Face aux incertitudes et aux attentes socioéconomiques complexes des sociétés, comment repenser le progrès et la sécurité ? Les pratiques politiques, la place de l’expertise, les relations public-privé sont interrogées. Qu’est-ce qu’une politique du risque inscrite dans le temps long ? Comment les normes doivent-elles être conçues et mises en œuvre ? Que devient l’exercice de la responsabilité individuelle et collective ?
Quels seraient les contours d’une éthique du futur prenant souci de l’avenir –un « catastrophisme éclairé » – porteuse de règles et de solidarités nouvelles  ?

Au cours de la séance de clôture, la créativité sera abordée à travers trois dialogues. Ils mettront en résonance des approches scientifiques, politiques, artistiques, sociologiques… et seront axés sur les rapports que cette notion entretient avec le temps, la confiance et l’échec, le risque et la responsabilité dans nos sociétés contemporaines.

Mai 2011
Marie-Françoise Chevallier-Le Guyader
directrice

Matinée animée par Paul AMAR, journaliste

Bertrand COLLOMB,
président de l’IHEST
Mot d’accueil

Jean-Paul DELEVOYE,
président du Conseil économique, social et environnemental
Allocution d’ouverture

Marie-Françoise CHEVALLIER-LE GUYADER,
directrice de l’IHEST
Une société créative, les sciences, l’innovation et l’éducation en question

Nadège BOUQUIN,
déléguée de la promotion
Regards croisés de la promotion Benoît Mandelbrot

Alain BERTHOZ,
professeur au Collège de France
Le temps de la création 1

Alexis TRICOIRE,
designer, artiste, fondateur de Végétal Atmosphère
Le temps de la création 2

Jean-Marc MONTEIL,
professeur au Conservatoire national des arts et métiers
Le temps de la confiance et de l’échec 1

Nicolas GAUME,
président de Mimesis Republic, président du Syndicat national du jeu vidéo
Le temps de la confiance et de l’échec 2

Jean-Pierre DUPUY,
professeur à l’université de Stanford
Le temps du risque et de la responsabilité 1

André-Claude LACOSTE,
président de l’Autorité de sûreté nucléaire
Le temps du risque et de la responsabilité 2

Publié le vendredi 12 août 2011,
mis à jour le jeudi 5 juin 2014