Accueil > Les Actualités > Actualités de l’IHEST > Un nouveau logo pour l’IHEST

Enregistrer au format PDF
Nouvelle identité visuelle

Un nouveau logo pour l’IHEST

Pour moderniser son image avec un nouveau logotype qui symbolise ses valeurs et l’engagement de l’établissement et de ses auditeurs en matière de relations science-société, l’IHEST a laissé carte blanche à l’artiste Yann TOMA.

Le résultat, loin d’un logo classique et institutionnel, est un geste artistique original qui témoigne de la diversité des regards sur la science et la société et de la puissance des réflexions collectives proposées à l’IHEST. Le geste de l’artiste traduit ainsi son expérience d’auditeur du cycle national de formation 2016-2017.

" Il fallait donner un autre élan à l’Institut. Je voulais quelque chose qui change et Yann était un auditeur de l’IHEST qui avait déjà fait de magnifiques portraits d’auditeurs pendant les dix ans de l’institut. Je lui ai demandé de nous proposer un logo.
Nous avons choisi d’éliminer l’explication « Institut des hautes études pour la science et la technologie » en faisant le pari que la marque peut s’affirmer toute seule. On est ensuite partis sur moins de couleurs mais quelque chose de lumineux."

Sylvane Casademont, directrice de l’IHEST

.

" Cette transformation, je la recommande à toutes les personnes qui n’ont pas vécu l’expérience IHEST. C’est vraiment une expérience et je pense qu’il fallait que le logo, au-delà d’un logo institutionnel soit disruptif et transforme l’élan vers le partage. J’ai opté pour cette proposition minimaliste avec en même temps l’idée des lettres qui s’élèvent qui vous touchent aussi, voire traversent l’histoire. Je pense que c’est audacieux de convoquer l’art dans un cadre institutionnel de cette valeur, c’est un signal de mobilisation."
Yann Toma


© Yann Toma / Photographe : Shun Kambe

YANN TOMA UN ARTISTE-CHERCHEUR

Yann TOMA est un artiste contemporain français et un artiste-chercheur. Il positionne son travail et sa réflexion à la frontière de l’expression artistique et citoyenne et les inscrit dans l’actualité politique et médiatique.
A partir des années 1990, ayant réactivé le lieu, les archives et le nom de l’ancienne compagnie d’électricité Ouest Lumière, son travail prend pour thème la lumière, l’énergie et les réseaux, les moyens de production industrielle, la bureaucratie et l’univers des entreprises.

Il est professeur et chercheur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne où il dirige l’équipe de recherche CNRS Art & Flux qui est autant un observatoire de recherche (théorique et critique) qu’un laboratoire d’expérimentation et de production artistique (Institut ACTE - Arts, Créations, Théories, Esthétiques). Yann Toma dirige Sorbonne Developpement Durable, un regroupement pluridisciplinaire d’une centaine de chercheurs engagés dans des recherches liées aux changements climatiques. Il est également artiste-observateur au sein de l’O.N.U. où il siège en tant qu’artiste entrepreneur. Il a suivi le cycle national 2016-2017 de l’IHEST, sur le thème La connaissance comme bien commun ; valeur des sciences et des technologies aujourd’hui.

Le travail artistique de Yann Toma fait partie de nombreuses collections. Son œuvre est notamment intégrée à la collection du centre Pompidou et a été mise à l’inventaire de la collection du Fonds national d’art contemporain en 2007. Il est représenté par la Bourouina Galery, à Berlin. Son exposition participative personnelle Dynamo-Fukushima, au Grand Palais en 2011, a réuni plus de 17 000 personnes en 2 jours. Il est l’auteur de l’œuvre monumentale La Grande Veilleuse, œuvre-lumière de L’anneau de la mémoire, mémorial national du centenaire de la Première Guerre Mondiale.

Pour la COP 21 en 2015, il transforme la Tour Eiffel en une immense antenne énergétique, Human Energy, pour affirmer l’état d’urgence climatique et inviter à réfléchir sur le rôle de l’art comme moteur du changement planétaire.

Yann TOMA développe le concept d’énergie artistique. Si différents champs d’opération reflètent aujourd’hui les manifestations de Ouest-Lumière, il s’agit avant tout d’un réseau immatériel que l’artiste a constitué patiemment, un réseau de résistance souterraine reposant sur la notion de mémoire et de puissance collaborative de la masse. Qu’ils soient singuliers ou engendrés par la masse, ces flux radiants énergétiques sont constamment présents autour de nous.

2016 HUMAN LUX - UN CONCEPT INNOVANT : DES PORTRAITS « FLUX RADIANTS »

En 2016, les invités de la soirée d’anniversaire des 10 ans de l’IHEST ont participé à un rituel artistique singulier. L’artiste Yann Toma a réalisé une cinquantaine de portraits « flux radiants », de quoi se connecter à l’énergie collective que véhicule l’IHEST. Les invités ont pu apprécier en « temps réel », les portraits réalisés.
Participative, l’œuvre associe, dans sa conception, les auditeurs et équipe de l’IHEST, l’artiste Yann Toma et les partenaires de l’opération. Elle vise à matérialiser l’énergie déployée par chacun de ces acteurs au profit des interactions science-société ainsi que la puissance collective du réseau de l’IHEST.

Yann TOMA a également réalisé la carte de Voeux 2019 de l’IHEST et les trophées qui matérialisent les prix attribués aux différents ateliers du cycle 2018 - 2019.

Publié le mercredi 12 juin 2019,
mis à jour le jeudi 13 juin 2019