Accueil > Les Formations > Les Ateliers de l’IHEST > Innovation et dynamique des territoires - 2015 > Orientation générale

Enregistrer au format PDF
Innovation et dynamique des territoires

Orientation générale

L’IHEST ouvre et diversifie son offre de formation en fournissant aux décideurs économiques, aux relais d’opinions et aux élus, des formations courtes, ciblées et ancrées dans l’actualité qui leur permettent un temps de recul, de réflexion, de décentrement sur les relations science-société. En développement une culture partagée des relations science-société les participants acquièrent une nouvelle façon de manager des situations complexes et incertaines.

Premier Atelier en 2015 :

Innovation et dynamique des territoires

ATTENTION date limite d’envoi des dossiers repoussée au 8 janvier 2015

Orientation générale :

Croiser les problématiques de l’innovation avec celles des territoires prend tout son sens quand on les replace dans la compétition mondialisée, que ce soit entre les entreprises ou entre les territoires (communautés de Nations, États, régions, métropoles) et de façon conjoncturelle dans le cadre du projet de réforme territoriale présenté le 3 juin 2014.
Pour aborder ces problématiques, trois ensembles de questionnements seront privilégiés :
Quels sont les termes actuels de la mondialisation ? En quoi a-t-elle modifié profondément compétition et compétitivité des entreprises et des territoires ?
En quoi l’innovation, envisagée sous toutes ses composantes, est-elle un élément déterminant dans cette compétition ?
Quelle stratégie, quels rôle et fonction pour les territoires dans ce nouveau contexte ? Comment ceux-ci peuvent-ils favoriser à la fois leur attractivité et leur capacité à mobiliser les ressources internes pour un développement équitable et durable ? A quelle échelle et dans quel maillage ?

La formation débutera par une journée d’intégration destinée d’une part à la constitution du groupe, d’autre part à poser les bases de connaissances et langage communs sur l’innovation et les territoires.
Elle se poursuivra par trois modules in situ dans trois métropoles et régions emblématiques.
La première, Grand Lyon / Rhône-Alpes représente l’exemple d’une cité et d’une région offrant un environnement industriel, scientifique et culturel ancien et riche. La métropole présente les caractéristiques d’une capitale européenne. Elle place l’innovation au cœur de son aménagement urbain en se fondant largement sur des éléments forts de son histoire, la chimie, la santé, la gastronomie.
La seconde, Bordeaux / Aquitaine, où l’agroalimentaire et la filière bois ont longtemps dominé, montre l’exemple d’une région qui se diversifie autour de filières technologiques, comme les lasers, la robotique, les drones, le numérique. Région et métropole affichent des politiques complémentaires qui tirent notamment partie des coopérations avec d’autres régions, françaises, européennes, ou avec le Québec.
Enfin, la formation s’achèvera avec un regard sur Paris / Île-de-France, un territoire en pleine recomposition. La région concentre quelque 40 % de la R&D française et le secteur tertiaire y domine avec 86,1% de la valeur ajoutée dans les services. La métropole rivalise avec les plus grandes capitales du monde : le rapport 2014 « Cities of opportunity » de PricewaterhouseCoopers (PWC), situe Paris numéro un mondial pour « le capital intellectuel et l’innovation ».

Marie-Françoise CHEVALLIER-LE GUYADER
directrice de l’IHEST

Avec le parrainage de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques
Avec le soutien du ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, de la Caisse des dépôts, de l’Inpi, de Genopole
En partenariat avec l’Association des maires de grandes villes de France, l’Association des communautés urbaines de France, l’Association des régions de France et le Cigref

Voir aussi

Une formation pour vivre l’expérience de l’innovation
Les informations pratiques sur la formation et le dossier de candidature
Le programme de la formation

le programme

PDF - 2.8 Mo

Le communiqué de presse

PDF - 1.3 Mo

Incidemment, PWC analyse aussi la première place de Paris comme une réfutation de l’idée que, dans la mondialisation, seuls les pays anglophones peuvent réussir en matière d’innovation ou de technologie :
"Parlez-vous intellectual capital ?
What is perhaps most impressive about Paris’s #1 ranking in intellectual capital and innovation this year is not so much that it finishes first ; after all, it only beats out London by just under 2 percent of the final top score. What is most striking is the group that Paris rises above. Look at the top 10 again : Seven of the cities are English-speaking, and an eighth, Stockholm, is a city in which English is almost a second language (and often a first one in various fields of technology). The only other city in which the natural language of intellectual investigation and research is not English is #10 Tokyo (see page 18). This is a resonant achievement that plainly refutes the notion that non-English-speakers can’t compete, intellectually or technologically, within the context of today’s globalization of English. It also encourages cities such as Berlin and Seoul—which just fall out of the top 10—not to mention Shanghai and Beijing or São Paulo and Rio de Janeiro. Clearly, these results demonstrate the value of education and innovation in themselves—as opposed to the language in which they are conducted—precisely because, as this section says, they are the most important tools of a changing world."

lundi 3 novembre 2014, par Olivier Dargouge