Accueil > Les Formations > L’université d’été > Précédentes universités > 2013 La controverse > INSCRIPTION - La controverse : enjeux scientifiques, enjeux de (...)

Enregistrer au format PDF
Université européenne d’été 2013

INSCRIPTION - La controverse : enjeux scientifiques, enjeux de société

01-04 juillet 2013

L’Institut des Hautes Etudes pour la Science et la Technologie (IHEST) organise sa cinquième université européenne d’été, du 01 au 04 juillet 2013 aux Fontaines - Capgemini Gouvieux à Chantilly.
L’université européenne d’été de l’IHEST sera l’occasion de revenir à la fois sur ces usages multiples de la notion de controverse et sur ce qu’ils ont transformé dans notre relation avec les sciences. Depuis une trentaine d’années, en effet, la notion de controverse semble être devenue centrale pour approcher les découvertes scientifiques, non seule- ment du point de vue pédagogique, mais aussi pour décrire la dynamique même de la science. L’idée d’une centralité de la controverse est largement entrée dans le débat public sur les sciences.

JPEG - 105.3 ko

Université européenne d’été de l’IHEST

Les Fontaines, 67 route de Chantilly, 60501 Gouvieux cedex, France

01 au 04 juillet 2013

VOIR LA DESCRIPTION DE L’UNIVERSITÉ

Modalités d’inscription

La participation à l’université européenne d’été est soumise à une contribution de 900 € net de taxe qui couvre les frais d’inscription d’hébergement et de repas. L’organisation et les frais du voyage jusqu’au lieu de l’université d’été sont à la charge des participants.
La candidature se compose du formulaire d’inscription téléchargeable ici, d’un curriculum vitae et d’une photo récente.

Il est à adresser à :

Institut des Hautes Études pour la Science et la Technologie,
Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche,
1 rue Descartes,
75231 Paris cedex 05.

Word - 77.5 ko
DOSSIER DE CANDIDATURE

La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 15 juin 2013.

Informations :
christelle.tallon@ihest.fr
tél. : 01 55 55 87 66

JPEG - 62 ko

Les universités européennes d’été de l’IHEST

L’IHEST, depuis 6 années, conduit des réflexions en profondeur sur les évolutions des sciences et de la société. Il aborde de nombreuses questions sur l’enseignement supérieur, la recherche, l’innovation, mais aussi sur les territoires créatifs, l’éducation et la culture, l’Union européenne et la mondialisation. Il traite ainsi en profondeur les questions vives qui alimentent les débats science-société.

L’IHEST assure des formations aux nouveaux enjeux de la gouvernance des relations science-innovation-société et, ce faisant, permet l’émergence de personnalités susceptibles de s’impliquer dans le dialogue science-so-ciété à des niveaux décisionnels, dans la recherche et l’enseignement supérieur, l’entreprise, les administrations et aussi le secteur politique, les syndicats, la presse, les associations. Les regards croisés entre ces responsables, leurs décentrements sont le gage d’un dialogue et d’une
écoute renouvelée.

Depuis 2009, l’IHEST organise une université européenne d’été sur une problématique choisie :

JPEG - 254.7 ko

Objectifs et pédagogie

L’université européenne d’été réunit participants et intervenants au cours d’un séminaire de formation de 3 à 4 jours. Une trentaine d’heures sont consacrées à des exposés, assurés par des personnalités, experts dans leur domaine, à des discussions et réflexions par groupe et à la préparation des restitutions des travaux. De plus, l’université européenne d’été offre aux participants et aux intervenants, captifs durant 3 à 4 jours, des opportunités de prolonger les réflexions entre eux.

JPEG - 130.6 ko

Du 1 au 4 juillet 2013, l’université européenne d’été abordera les controverses scientifiques.

L’IHEST se donne comme objectif de préparer les participants à l’exercice de responsabilités dans un environnement où les relations science-société sont de plus en plus complexes. Les formations de l’IHEST placent les participants en situation de réflexion sur de nombreux aspects différents des relations science-société. Ils s’entrainent, dans des réflexions collectives, à construire les bonnes questions, à bâtir des compromis, à tenir compte des points de vue d’autrui, à acquérir rapidement une vision systémique des sujets proposés et ainsi à en comprendre l’essence. La réflexion collective est toujours orientée vers la prise de décision ou l’action.

La pédagogie mise en pratique à l’université européenne d’été repose sur l’expérience acquise durant les cycles nationaux annuels de l’IHEST et les premières universités d’été. Susciter des interactions entre intervenants et participants représente un objectif majeur de la pédagogie. Cela conduit les participants à construire et à maîtriser en 3 à 4 jours les compétences nécessaires pour développer une analyse partagée et une intelligence collective.

Pour ce faire, l’université d’été :

  • consacre autant de temps aux discussions qu’aux interventions,
  • ménage chaque matin un temps de partage des étonnements et des interrogations de la veille,
  • étudie des cas concrets de manière approfondie,
  • organise des tables rondes.

Le décentrement sur les sujets abordés est recherché afin de développer une créativité collective.

Les réflexions issues des discussions et des échanges de l’université d’été sont transcrites. Elles font objet de la rédaction d’une synthèse pour les participants. Certaines des contributions pourront être reprises, sur le site internet de l’Institut ou dans un ouvrage de la collection Questions vives, Actes sud/IHEST.

Conseil scientifique de l’Université européenne d’été

Pour chaque université européenne d’été un Comité scientifique spécifique est créé. En 2013, il réunit :
.
.

Yannick Barthe, Ecole nationale supérieure des mines de Paris,
Jean-Michel Besnier, Université Paris Sorbonne,
Jean-Pierre Bourguignon, Institut des hautes études scientifiques,
Patrick Gaudray, Comité consultatif national d’éthique pour les sciences de la vie et de la santé,
Mathias Girel, Ecole normale supérieure, Paris,
Étienne Klein, Commissariat à l’énergie atomique,
Romain Garcier, Ecole normale supérieure, Lyon,
Hervé Le Guyader, université Pierre et Marie Curie,
Jean-Marc Lévy-Leblond, université Nice Sophia-Antipolis,
Dominique Pestre, École des hautes études en sciences sociales,
Heinz Wismann, École des hautes études en sciences sociales.

JPEG - 69.6 ko

jeudi 14 mars 2013, par HUCHERY Mélissa