Accueil > Les Formations > L’Université d’été > Précédentes universités > 2010 Le débat public > Quelle place pour la science dans le débat public ? : introduction

Enregistrer au format PDF
Université européenne d’été 2010

Quelle place pour la science dans le débat public ? : introduction

Compte rendu

Université européenne d’été
Quelle place pour la science dans le débat public ?
20-25 août 2010 - Arc-et-Senans
COMPTE RENDU



I Présentation de l’université d’été
Quelle place pour la science dans le débat public ?

L’actualité est riche de controverses, qui interrogent les sciences et les technologies, mais aussi leurs implications sociales et parfois leur légitimité. L’espace public est-il organisé pour que la science puisse entrer dans ce débat ? Quelles sont les lieux, les fonctions du débat ? Quelles en sont les nouvelles formes ? Les meilleurs spécialistes sont invités à croiser leurs regards, pour engager la réflexion.

Extait des propos introductifs de Marie-Françoise Chevallier Le Guyader, directrice de l’IHEST :

Quelle place pour la science dans le débat public ? : introduction
IMG/mp3/extrait_MF.mp3


Le débat va-t-il opposer ceux qui mettent en avant l’autonomie de la science et de la recherche à leurs adversaires ? Pour les premiers, le débat serait source de contraintes supplémentaires, alors que leur responsabilité, du moins de leur point de vue, est de faire progresser la science, le reste n’ayant aucun intérêt. Certains admettent cependant qu’il faut se plier au débat, pour récolter un peu d’argent. D’autres sont persuadés qu’on leur doit de l’argent, même si leur travail n’a aucune utilité. D’autres, face aux persécutions, ne se résignent pas. D’autres encore pensent que tout est politique, et que la vérité est relative : seuls vaudraient les processus sociaux, qui définissent la vérité du moment.

Cela dit, il faut avoir bien conscience de l’existence d’un débat qui porte non pas sur la science, mais sur l’incertitude et la complexité. De fait, et c’est ce qui contribue à « colorer » leur fonctionnement, les sociétés contemporaines sont de plus en plus complexes, comme les problèmes qu’elles ont à traiter. Aucun problème n’est jamais totalement simple, présentant des niveaux de complexité qui entraînent des réactions assez différentes.

Extait des propos introductifs de Bertrand Collomb, président de l’IHEST :

Quelle place pour la science dans le débat public ? : introduction
IMG/mp3/extrait_BC.mp3


JPEG - 31 ko
Bertrand Collomb, président de l’IHEST et Marie-Françoise Chevallier-Le Guyader, directrice

Aussi cette université devrait-elle répondre à deux types de questions. Premièrement, y a-t-il une vérité scientifique ? Peut-on la trouver ? Comment la société réagit-elle lorsque cette vérité lui déplaît ou la dérange ? Deuxièmement, comment se comporter dans un avenir incertain, où l’on dispose de certaines présomptions, mais pas de certitudes ? Cette réaction de la société vis-à-vis de l’incertitude et de la complexité, il faut bien le noter, ne vaut pas pour la seule matière scientifique. Pourquoi toutes les décisions qui touchent la société sont-elles devenues terriblement compliquées et difficiles, sinon parce qu’on évolue dans un avenir incertain ?


Université européenne d’été 2010 de l’IHEST Quelle place pour la science dans le débat public ? COMPTE RENDU SOMMAIRE

Résumé de l’université européenne d’été de l’IHEST -vidéo 5 min.


IHEST - Université d’été 2010 - Salines d’Arc et Senans
envoyé par VideoScopie. - Regardez les dernières vidéos d’actu.

jeudi 7 avril 2011, par Olivier Dargouge