Accueil > La Médiathèque > International > CHINE > Chine : science, innovation et société > La politique industrielle et l’innovation

Enregistrer au format PDF

Chine : science, innovation et société

La politique industrielle et l’innovation

Bien que majoritairement industrielle et encore fortement dominée par le secteur manufacturier, la Chine ambitionne de passer rapidement à une économie de l’innovation. En témoigne l’objectif affiché du XIIe plan quinquennal (2011-2015) de faire de la Chine un grand pays d’innovation. Programmes et structures de soutien à l’innovation, articulation gouvernement central-province, relation industrie-recherche : focus sur les principaux leviers de cette métamorphose.

JPEG - 73 ko

Les programmes de soutien à l’innovation

Cœur d’une stratégie initiée depuis plus de 30 ans et encadrée par une planification rigoureuse, le virage de la Chine vers un développement basé sur la haute technologie n’est pas récent. Les principaux programmes de soutien à l’innovation ont en effet été lancés dans les années 80 :

  • 1983 : programme des technologies clés.
  • 1986 : programme 863 de développement des hautes technologies.
  • 1988 : programme TORCH de soutien à l’industrialisation des hautes technologies.

Ces programmes déploient une palette complète de « bonnes pratiques » expérimentées dans les pays développés pour soutenir l’innovation : zones de haute technologie, avantages fiscaux pour les entreprises qui font de la R&D, labellisation de projets, de centres de recherche et d’universités, incubateurs de start-up, puis accélérateurs par garantie bancaire pendant leur phase de croissance…

A cela s’ajoute l’idée de co-innovation consistant à développer des recherches en collaboration soit avec des entreprises étrangères présentes en Chine, soit avec des laboratoires. Des mesures protectionnistes rendent ce dispositif très efficace en termes de propriété intellectuelle.

Les axes stratégiques du XIIe plan quinquennal

Avec le XIIe plan quinquennal (2011-2015) inscrit dans le plan à quinze ans 2006-2020, les choses s’accélèrent encore. L’objectif clairement affiché est en effet désormais de parachever le développement de la Chine et d’en faire un grand pays d’innovation. Parmi les six axes stratégiques mis en avant, trois s’adressent directement à l’innovation :

  • Les « industries émergentes d’importance stratégique ».
  • Les technologies clés pour la modernisation de l’industrie.
  • Le renforcement des structures et des politiques d’innovation.

La stratégie politique de la Chine en matière de TIC

Les TIC sont très présentes dans le XIIe plan quinquennal. Trois des onze grandes orientations quinquennales concernent ce secteur : les puces et processeurs électroniques, la production de circuits intégrés, avec visées sur le marché international, le réseau mobile de communication à haut débit. La Chine parvient ainsi à donner une impulsion décisive à l’industrie chinoise des TIC, en se fondant sur des percées technologiques et une innovation propre, et en portant une attention toute particulière aux droits de propriété intellectuelle associés. (Pour en savoir plus sur cette stratégie, voir le chapitre 4 du Carnet de voyage). Cet intérêt pour les TIC n’est pas nouveau. Il s’inscrit dans la continuité d’une stratégie chinoise qui, en 25 ans, a permis de faire émerger des leaders mondiaux dans ce domaine, au premier rang desquels HUAWEI qui est passé en moins de 20 ans d’équipementier télécom à 2eme groupe mondial.

Une politique relayée par les provinces

Bien qu’impulsée par le gouvernement central, la politique chinoise en matière d’innovation est fortement relayée et animée au niveau des provinces et des municipalités. Ces dernières étant en concurrence, des duplications de moyens ou de zones technologiques peuvent avoir lieu sur un même sujet. Mais cette redondance ne semble pas être un problème : elle fait partie de la démarche « d’expérimentation » qui caractérise souvent les actions gouvernementales chinoises.
La structure et les programmes de soutien à l’innovation apparaissent donc comme un mélange de planification très cadrée et d’autonomie dans la mise en œuvre au niveau local, le tout porté par des investissements très importants sur une longue durée.

Une politique relayée par les acteurs industriels

L’innovation en Chine est fortement relayée par les acteurs industriels qui contribuent pour 70% à la R&D (contre environ 50% en France) et nouent volontiers des partenariats publics/privés en matière d’innovation. L’Etat y contribue via des réductions d’impôts sur la R&D, majorées lorsqu’il s’agit d’innovations « High Tech », en plus d’autres initiatives telles que les zones « High Tech » et « Sciences Parks » groupant universités, PMEs et grands groupes.
Il est à noter qu’une bourse « High Tech » est également en place et accueille, entre autres, les entreprises en croissance qui ont profité de l’incubation du programme TORCH. De même Innofund, organisme public de capitaux à risques, permet le soutien des PMEs les plus prometteuses. Les entreprises étrangères, souvent en association à parité avec une société chinoise pour avoir accès aux marchés régulés, profitent de ces avantages pour la R&D produite localement.

Pour en savoir plus...

Carnet de voyage Chine (2012)

PDF - 57.7 ko
Stratégie de développement des TIC en Chine,

PDF - 45.6 ko
La planification de la recherche et de l’innovation et ses acteurs


PDF - 37 ko
Les stratégies de recherche et d’innovation nationales, provinciales et municipales : articulation des niveaux d’autorité

PDF - 116.1 ko
Le soutien à l’innovation : structures et programmes

Dossier La recherche et l’innovation en Chine sur le site de l’ambassade de France en Chine

Dossier Le soutien de l’innovation pharmaceutique en Chine sur le site de l’IHEST

lundi 25 novembre 2013, par HUCHERY Mélissa