Accueil > La Médiathèque > International > Allemagne : Science, innovation, société > L’enseignement supérieur en Allemagne

Enregistrer au format PDF

Dossier Allemagne

L’enseignement supérieur en Allemagne

Si l’excellence de son système d’enseignement supérieur permet à l’Allemagne d’attirer de nombreux étudiants étrangers, il n’en demeure pas moins que le niveau de qualification de sa population active est nettement inférieur à celui des pays de l’OCDE. Pour tenter de remédier à cette situation, faire face à l’augmentation des étudiants et répondre à l’exigence d’excellence qu’impose la compétition internationale, l’Allemagne a engagé de profondes réformes de son système d’enseignement supérieur.

Organisation de l’enseignement secondaire et de l’enseignement supérieur

Après l’école primaire (Grundschule), les élèves allemands accèdent à l’enseignement secondaire composé de trois types d’établissements :

  • le Gymnasium (enseignement général approfondi se terminant par l’Abitur qui donne accès à l’enseignement supérieur),
  • La Realschule (enseignement plus technique se terminant par un certificat d’étude qui donne accès à des formations sanctionnées par une qualification professionnelle ou à des écoles menant à l’obtention d’un diplôme d’accès à l’enseignement supérieur),
  • la Hauptschule (cycle court technique se terminant par un examen qui donne accès à une formation en alternance). Comme pour l’enseignement secondaire, il existe trois types d’établissements d’enseignement supérieur :
  • les universités générales et techniques qui se consacrent à l’enseignement et à la recherche,
  • les écoles supérieures de sciences appliquées (Fachhochschulen) qui proposent un enseignement orienté vers la pratique et les responsabilités intermédiaires dans des disciplines de spécialisation à but professionnel,
  • les écoles supérieures spécialisées (dans l’administration, les beaux-arts et la musique, la théologie, la pédagogie). Le pilotage de l’enseignement supérieur est décentralisé puisqu’il ressort de la compétence des Länder, d’où parfois des diplômes et des cursus différents selon les Länder.

Les évolutions de l’enseignement supérieur

  • Depuis la réunification, les universités des nouveaux Länder ont engagé une réflexion sur leurs expertises.
  • Les Écoles de sciences appliquées (Fachhochschule), délivrant des formations de niveau Bachelor et Master, se sont multipliées.
  • Des universités privées, proposant des cursus sans recherche et en langue anglaise, ont été créées pour attirer les étudiants étrangers.
  • La réforme LMD a progressivement été mise en œuvre : les niveaux de diplômes de l’enseignement supérieur sont depuis peu reconnus dans tous les Länder mais pas encore délivrés par chacun.
  • Les Länder « riches » ont investi dans les technologies de pointe, ont regroupé leurs universités et organismes de recherche en clusters, ont réformé le mode de gouvernance des universités en l’ouvrant aux représentants du monde économique.

Caractéristiques de l’enseignement supérieur

Le système d’enseignement supérieur allemand se caractérise par :

  • l’importance des filières professionnelles (plus de 50 % d’une classe d’âge s’oriente vers ces filières) ;
  • un maillage très développé entre monde économique, formation et universités ;
  • une longue tradition de formation par et pour la recherche (25 000 docteurs formés par an, dont le statut est fortement reconnu dans les conventions collectives) ;
  • l’accueil de nombreux étudiants étrangers (12 % en 2009-2010).

Si l’excellence de l’université allemande est due à son orientation très internationale et à la qualité de la formation doctorale, de la recherche et du transfert technologique, c’est un savoir axé sur la pratique et la place faite aux formations par alternance impliquant les entreprises qui qualifie le mieux l’originalité et la force d’un enseignement supérieur parfaitement adapté aux besoins de l’économie.

L’Allemagne veut toutefois augmenter le taux de la population à haut niveau de qualification, jugé trop faible pour un pays qui mise fortement sur l’innovation dans son modèle de développement. La faible proportion d’actifs ayant un diplôme universitaire s’explique d’une part par la durée des études supérieures, traditionnellement plus longues (7 ans et demi) et d’autre part par l’attractivité de la filière de l’apprentissage.

Les réformes de l’enseignement supérieur

Pour augmenter le niveau de qualification de la population active, favoriser l’attractivité de ses universités et faire face à un afflux d’étudiants, consécutif à l’arrêt du service militaire obligatoire et au passage à la scolarité en 12 ans, l’Allemagne a engagé deux réformes d’ampleur : le pacte pour l’enseignement supérieur en 2020 et l’initiative d’excellence.

Le pacte pour l’enseignement supérieur 2020, signé en 2007, prévoit la création de 275 000 places universitaires supplémentaires entre 2011 et 2015. Il comprend également un volet concernant la qualité de l’enseignement supérieur.

L’initiative d’excellence, lancée en 2005 et reconduite pour la période 2011-2018, vise à créer des universités d’élite dans la logique de la compétitivité internationale et de la performance. Lors de la première phase, cette initiative a distingué 39 écoles doctorales, 37 pôles d’excellence et 9 stratégies d’avenir. Si elle a permis de faire évoluer la gouvernance des universités et de faire émerger des universités d’élite, l’initiative d’excellence a également accentué les disparités géographiques, les universités sélectionnées étant essentiellement concentrées dans le sud de l’Allemagne.


.

Pour en savoir plus

> Carnet de voyage Allemagne (2009)
PDF - 51.4 ko
1- Capital humain et éducation
PDF - 85.5 ko
2-La réforme de l’enseignement supérieur et de la recherche en Allemagne
PDF - 40.4 ko
3- La décision publique pour la recherche et l’innovation
> Carnet de voyage Allemagne (2012)
PDF - 46.3 ko
2- Recherche, innovation et enseignement supérieur : quels rôles respectifs pour l’Etat fédéral et les länder ?
PDF - 51.8 ko
5- Recherche universitaire et enseignement supérieur : les défis de l’Initiative d’excellence
> Portail Pour la science de l’Ambassade de France en Allemagne

samedi 20 octobre 2012, par Webmaster IHEST