Accueil > La Médiathèque > Dossiers > Les sociétés à l’épreuve du changement climatique > Rendre concret le changement climatique > Laurent TURPIN - Quels sont les arguments des sceptiques ?

Enregistrer au format PDF

Les sociétés à l’épreuve du changement climatique

Laurent TURPIN - Quels sont les arguments des sceptiques ?

Intervention de Laurent TURPIN lors de l’université d’été 201 de l’IHEST " Le débat public"

La catégorie de ceux qu’il est désormais convenu d’appeler des « sceptiques » est par nature hétérogène : nul parti « anti-GIEC » ne s’est encore constitué. Sans tendre à l’exhaustivité, Laurent Turpin indique que l’on peut cependant distinguer quelques catégories d’acteurs au sein de cet ensemble :

. Ceux qui, sans contester la réalité de la menace climatique, remettent en question les dispositifs normatifs existants ou envisagés, en particulier le protocole de Kyoto.
. Ceux qui mettent en doute la pertinence d’actions à grands frais contre une menace incertaine et de long terme alors que l’effort pourrait mieux être employés à d’autres initiatives, la lutte contre le sous-développement et ses avatars, par exemple.
. Les scientifiques qui, s’ils valident les analyses présentées par le GIEC, estiment que ce changement n’est pas en premier lieu lié à l’accumulation de gaz à effet de serre, mais à d’autres raisons telles que l’activité solaire, sans qu’il soit possible de l’établir avec certitude.
. Les personnages reconnus ( scientifiques, technocrates, journalistes…) qui capitalisent sur les avis des trois catégories précédentes pour porter un discours avec en toile de fond l’idée de complot.

Extrait du livre "Science et débat public", Troisième volume de la collection Questions vives Actes Sud/IHEST

PDF - 590.2 ko
L.TURPIN - LEs Défis du changement climatique : qui agit, qui décide ?

jeudi 5 novembre 2015, par Patricia MULLER


Thèmes : Grands défis