Accueil > La Médiathèque > Dossiers > Les sociétés à l’épreuve du changement climatique > L’expertise internationnale doit-elle être normative ? > L’expertise international en jeu : un nouveau pouvoir normatif

Enregistrer au format PDF

Les sociétés à l’épreuve du changement climatique

L’expertise international en jeu : un nouveau pouvoir normatif

Au cœur des réflexions de l’Institut depuis des années, la question de l’expertise a fait l’objet d’une table ronde au cours de l’université d’été. L’objectif de cette table ronde animée par Maud Devès : croiser des points de vue différents - ceux de Geoffrey Boulton, Patrice Christmann, Amy Dahan et Jorge Luis Valdès - afin de mieux comprendre les enjeux de l’expertise climatique internationale.

Au programme des échanges, plusieurs questions : dans quelle mesure l’expertise contribue-t-elle à normaliser les pratiques des différents acteurs concernés par une décision ? Le peut-elle et le doit-elle vraiment ? En standardisant tout, ne risque-t-on pas d’appauvrir nos représentations et de perdre le contact avec la réalité du terrain ? L’expertise internationale devrait-elle se compléter d’une pluralité d’expertises réalisées à d’autres échelles, par exemple nationale ou subnationale ? Comment penser l’implication des acteurs de la société civile, alors que les sujets d’inquiétude deviennent plus techniques et que croît la difficulté pour les citoyens de se saisir des connaissances mises en œuvre. Quel rôle jouent les outils théoriques ou pratiques mis en place par des expertises (par exemple, les scénarios qui nous projettent dans le futur ou les indications de seuil) ? Enfin, comment envisager la question des big data, dans le cadre d’une expertise internationale et de la question de la décision ?

Compte-rendu de la table ronde expertise de l’université d’été 2015

PDF - 1.2 Mo
Table ronde- L’expertise international en jeu : un nouveau pouvoir normatif

jeudi 5 novembre 2015, par Patricia MULLER