Accueil > La Médiathèque > Dossiers > Les sociétés à l’épreuve du changement climatique > Innovation, risques et utopies > Énergie, climat et environnement : innovations technologiques, innovations (...)

Enregistrer au format PDF

Les sociétés à l’épreuve du changement climatique

Énergie, climat et environnement : innovations technologiques, innovations sociales

Innovations et utopies

Paul Maitre rappelle que l’IHEST a déjà entamé une réflexion sur la politique européenne de l’énergie dans un rapport intitulé « Quelle énergie pour quelle société » qui s’organisait en quatre axes : la question de la sécurité énergétique, celle du changement climatique,tout ce qui touche à la crise économique et financière, puis les risques technologiques (ex : Fukushima). En matière de transition énergétique, l’équation française est la division par quatre des émissions de CO2 pour 2050. Les autres ambitions sont de réduire de 30% la consommation d’énergies fossiles en 2030, puis de 50% en 2050. C’est un challenge ambitieux. Toutes ces décisions sont politiques. Reste à décider le chemin pour atteindre ces résultats. Les opportunités par rapport à ces contraintes sont extrêmement fortes et demandent de l’innovation sous toutes ses formes : potentialité scientifique et écologique, innovations organisationnelles et sociales. Les axes structurants de ces équations sont : la centralisation des moyens de production et la numérisation du secteur énergétique.
Par ailleurs, Paul Maitre souligne que le financement de la transition énergétique coûtera de l’ordre de 30 000 milliards d’euros à l’Europe d’ici 2100. Pour l’Allemagne, elle ne coûtera pas moins de 2 000 milliards d’euros, alors qu’on évalue déjà à 20 milliards par an le coût des énergies renouvelables, coût qui se répercute sur le consommateur Comment trouver ce financement ? C’est un des défis majeurs de la transition énergétique. Qui paiera, sinon le consommateur ? Tout indique que la transition sera un facteur d’accroissement des inégalités et de la pauvreté, la précarité énergétique se développant déjà à grande allure.

Anne Houtman est pour sa part frappée des retards considérables d’investissement du système énergétique européen. En tout état de cause, il faudra investir. Lorsqu’elle élabore ses propositions, la Commission européenne analyse en détail les coûts qui doivent être questionnés dans la longue durée. La pauvreté énergétique pousse à inviter les propriétaires de logements à réaliser les investissements qui s’imposent. Des fonds structurels sont du reste directement consacrés à l’amélioration de l’habitat social.

En ce qui concerne l’innovation en Chine, Huang Yitian indique que la R&D est financée par le gouvernement et les groupes de recherche dans les établissements publics. Le gouvernement investit énormément pour l’innovation, mais il y a des variations importantes selon les régions. La coordination nationale des politiques est un tableau complexe. Le secteur privé est aussi très actif en matière d’innovation technologique et énergétique (ex : Sunpower, véhicules éléctriques). En revanche, les Chinois ne s’intéressent pas aux investissements à long terme et privilegient les travaux conduisant à des bénéfices à court terme. Huang Yitian souligne enfin l’importance pour la Chine de protéger ses propres technologies en rappelant la querelle Chine/Allemagne concernant les panneaux solaires.

Hubert de l’Hermite
estime que le défi du changement climatique doit servir d’aiguillon à la capacité d’entreprendre et à la prise du risque, tant il est vrai que l’inaction en la matière est un risque bien plus considérable. Aussi un groupe comme Solvay, multinationale de la chimie, gros émetteur de gaz à effet de serre, est-il très engagé dans la recherche d’innovation. L’innovation doit être orientée dans le sens de la transition énergétique. C’est ce qu’a fait Solvay en lançant l’an dernier une production de biomasse torréfiée à l’échelle industrielle aux Etats-Unis, dont l’objectif est de fournir une source d’énergie alternative et renouvelée. La biomasse torréfiée, dont la combustion, le stockage et le transport sont semblables au charbon, est obtenue grâce à un procédé de torréfaction qui modifie les propriétés chimiques des déchets de bois et de la biomasse. La biomasse torréfiée représente ainsi une solution de substitution au charbon, pratique et immédiatement disponible, permettant notamment aux centrales électriques de produire une énergie propre.

Compte rendu de la table ronde Énergie, climat et environnement

PDF - 1.1 Mo
Table ronde : Énergie, climat et environnement

Table ronde animée par Paul MAITRE, conseiller auprès de la directrice de l’IHEST
Hubert de l’HERMITE, Marketing & Energy Policy Director, Solvay Energy Services
HUANG Yitian, professeur adjoint, École des relations internationales et des affaires publiques, université Fudan, Chine
Anne HOUTMAN, conseillère principale du directeur général, Direction générale de l’énergie, Commission européenne
Philippe ROCHER, consultant énergies renouvelables et maîtrise de l’énergie, directeur du cabinet Metrol
Anne VARET, directrice Recherche et prospective, Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie, ancienne auditrice de l’IHEST

jeudi 5 novembre 2015, par HUCHERY Mélissa