Accueil > La Médiathèque > Dossiers > La controverse > Théorie de l’évolution, évolution des controverses ?

Enregistrer au format PDF

La controverse

Théorie de l’évolution, évolution des controverses ?

Hervé Le Guyader est biologiste, professeur de biologie évolutive à l’université Pierre-et-Marie-Curie (Paris VI), où il dirige l’unité Systématique, Adaptation, Évolution (UMR 7138) et l’école doctorale Diversité du vivant.
Derniers ouvrages parus : Penser l’évolution, Paris, Imprimerie Nationale Editions, collection Fondamentales, 2012 et, avec Guillaume Lecointre, Classification phylogénétique du vivant, tome 2, Belin, 2013.
Il est également co-auteur de La science en jeu, Arles, Actes Sud / IHEST, coll. « Questions vives », 2010, et Partager la science, l’illettrisme scientifique en question, Arles, Actes Sud / IHEST, coll. « Questions vives », 2013.

Résumé

L’idée-même de l’évolution biologique a toujours été source de controverses. Celles-ci ont d’ailleurs débuté bien avant la publication de L’Origine des espèces, en 1859, par Charles Darwin, qui marque le début de l’ère d’une réelle science moderne de l’évolution biologique. Ainsi on ne peut parler d’une controverse, mais de différentes controverses qui vont s’échelonner sur deux siècles.
Il ne sera pas question de discuter du bien-fondé de la théorie de l’évolution, mais plutôt de présenter les facettes multiples de ces controverses qui reviennent de manière récurrente, à des moments clés de l’histoire des sciences. On s’appuiera sur certains cas exemplaires, en particulier :

• La controverse Cuvier – Geoffroy Saint-Hilaire du printemps 1830, qui a eu un retentissement considérable dans l’ensemble de l’Europe intellectuelle ;

• Le moment du « procès du singe » (procès de John T. Scopes) de 1925, qui intervient quand la génétique s’impose définitivement en tant que discipline majeure capable d’expliquer les mécanismes évolutifs ;

• Le moment de la découverte de la régulation génétique (les années 1960), qui coïncide avec l’émergence de la « science créationiste » ;

• Le moment actuel, lancé dans les années 1990, avec l’avènement de l’« Intelligent design », qui culmine avec le procès de Dover de 2005.

On insistera sur les différences capitales entre ces divers débats et sur la manière dont chacun d’entre eux s’est trouvé momentanément arrêté. En contrepoint, on donnera quelques exemples d’hypothèses qui n’ont pas donné lieu à controverses, alors qu’a posteriori on aurait pu s’y attendre.

Bibliographie

Baudouin (C.), Brosseau (O), Enquête sur les créationnismes, Belin, 2013
Berkmann (M.), Plutzer (E.), Defeating Creationism in the Courtroom, But Not in the Classroom. Science, 28 january 2011, 331, 404-405.
Girel (M.), La science en procès, pièce en trois actes, in La science et le débat public, Arles, Actes sud-IHEST, 2012, 143-165.
Le Guyader (H.) (sous la dir. de), L’Evolution, Belin, « Bibliothèque pour la science », 1998.
Le Guyader (H.) Etienne Geoffroy Saint-Hilaire (1772-1844), Un naturaliste visionnaire, Belin, 1998 (traduction anglaise, University of Chicago Press, 2004).
Le Guyader (H.) Penser l’Evolution, Imprimerie Nationale, 2012.
Le Guyader (H.), Enseignement, intelligent design, créationnisme. Raison présente, 168, 2008
Le Guyader (H.) La théorie de l’évolution revisitée. Pour la Science, 63, 2009, 22-26.
Le Guyader (H.), Combes (C.), (eds) Comptes rendus Biologies de l’Académie des Sciences numéro spécial pour l’année Darwin, février-mars 2009.
Padian (K.). The evolution of creationists in the United States ; where are they now, and where are they going ? C. R. Biologies, 332, 2009, 100-109.

mercredi 9 octobre 2013, par HUCHERY Mélissa