Accueil > La Médiathèque > Dossiers > La controverse > Le Relativisme, le positivisme et le réalisme dans les controverses

Enregistrer au format PDF

La controverse

Le Relativisme, le positivisme et le réalisme dans les controverses

Jean-Michel Besnier est professeur de philosophie à l’université Paris-Sorbonne où il dirige l’équipe de recherches « Rationali¬tés contemporaines ». Membre du comité d’éthique du CNRS jusqu’en juin 2011, il siège actuellement au conseil scientifique de l’IHEST. Il a été directeur scientifique du secteur Sciences et Société du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche jusqu’en avril 2011. Il a créé et anime la collection Mélétè aux éditions Le Pommier. Ses recherches actuelles concernent essentiellement l’impact philosophique et éthique des sciences et des techniques sur les représentations et les imaginaires individuels et collectifs.

Résumé
La question de la controverse est relativement neuve dans le paysage culturel. Jusqu’à présent, lorsqu’on parlait de controverse, on évoquait immanquablement celle de Valladolid, controverse très marquée par l’Eglise. Si la controverse devient aujourd’hui une affaire relevant du champ scientifique et technique, c’est sans doute pour deux raisons corrélatives. La première est un certain refus du positivisme. Celui-ci avait accrédité l’idée que la raison était toute puissante. Comme celle-ci était portée par la science, le positivisme excluait la mise en discussion des résultats scientifiques, au profit de l’argument d’autorité.
Le refus du positivisme est marqué par l’avènement d’un certain nombre de sciences qui ont bouleversé le paysage, comme la mécanique quantique.
La deuxième raison, ce sont les tentations relativistes, conséquences du refus du positivisme. L’idée que la science occidentale est le dernier mot est de plus en plus remise en question. L’universalisme associé à la science n’est plus une évidence.
Certains sociologues se sont ainsi attachés à montrer que la science était avant tout un produit socio-historique, et que, dans ces conditions, l’argumentation devait y régner. Un tel point de vue a ébranlé une certaine conception de la science qui excluait jusqu’à présent la controverse.
La controverse est donc au cœur du développement scientifique et technique au moins pour ces deux raisons, le refus du positivisme et l’avènement d’une tentation relativiste.


Publications récentes :

• BESNIER, Jean-Michel. L’homme simplifié. Le syndrome de la touche étoile. Paris : Fayard, 2012
• BESNIER, Jean-Michel. Demain les posthumains. Le futur a-t-il encore besoin de nous ? Paris : Fayard, 2010 et Pluriel, 2012
• BESNIER, Jean-Michel. Les théories de la connaissance. Pa¬ris : PUF, 2011. Coll. Que sais-je ?
• HIRSCH E., BESNIER J.-M.et THERY J.-F., Ethique et re¬cherche : Un dialogue à construire. Paris : Quae, 2011. Coll. Questions vives

mercredi 9 octobre 2013, par HUCHERY Mélissa