Accueil > La Médiathèque > Dossiers > La controverse > La science dit-elle le vrai ?

Enregistrer au format PDF

La controverse

La science dit-elle le vrai ?


Etienne Klein
est physicien, ancien élève de l’Ecole centrale de Paris. Il est directeur de recherches au CEA, où il dirige le laboratoire de recherches sur les sciences de la matière, et professeur de philosophie des sciences à l’Ecole centrale de Paris. Il est l’auteur de nombreux essais, dont deux parus récemment :

  • Discours sur l’origine de l’univers, Paris, Flammarion, 2010 ;
  • LeSmall Bang des nanotechnologies, Paris, Odile Jacob, 2011.

Il est également co-auteur de La science en jeu, Arles, Actes Sud / IHEST, coll. « Questions vives », 2010, et Partager la science, l’illettrisme scientifique en question, Arles, Actes Sud / IHEST, coll. « Questions vives », 2013.

Résumé

Le prestige de la science a longtemps tenu au fait qu’on lui conférait le pouvoir symbolique de proposer un point de vue surplombant sur le monde : assise sur un refuge neutre et haut-placé, sûre d’elle-même, elle semblait se déployer à la fois au cœur du réel, tout près de la vérité et hors de l’humain. Cette image est aujourd’hui dépassée. Nous avons compris que la science n’est pas un nuage lévitant calmement au-dessus de nos têtes : elle pleut littéralement sur nous. Ses mille et une retombées pratiques, qui vont de l’informatique à la bombe atomique en passant par les vaccins, les OGM et les lasers, sont diversement connotées et diversement appréciées : ici, ce que la science permet de faire rassure ; là, ce qu’elle annonce angoisse. Tout se passe comme si ses discours, ses réalisations et ses avancées devaient constamment être interrogés, systématiquement mis en ballotage. Dans un tel contexte, comment parvenir à produire des discours destinés au public qui tiennent compte de la spécificité de la démarche scientifique ?

Bibliographie
Klein (E.), Galilée et les Indiens, Flammarion, 2008
Klein (E.), Faut-il croire la science ?, Etudes, 2013/1, t.418.

mercredi 9 octobre 2013, par HUCHERY Mélissa