Accueil > La Médiathèque > Dossiers > La controverse > Confinement, déconfinement, reconfinement : la logique des controverses

Enregistrer au format PDF

La controverse

Confinement, déconfinement, reconfinement : la logique des controverses

Cyril Lemieux est sociologue, directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales et membre de l’Institut Marcel Mauss. Ses travaux portent sur le journalisme et les processus de médiatisation, ainsi que sur la théorie de l’action. Il est notamment l’auteur de Mauvaise presse. Une sociologie compréhensive du travail journalistique et de ses critiques, Métailié, 2000 ; Un président élu par les médias ? Regard sociologique sur la présidentielle de 2007, Ecole des Mines, 2010 ; La subjectivité journalistique. Onze leçons sur le rôle de l’individualité dans la production de l’information, Editions de l’EHESS, 2010.
Dernier ouvrage paru, avec P. Haag : Faire des sciences sociales.
Tome 1 : Critiquer, Editions de l’EHESS, 2012.

Résumé

En s’inspirant des science studies et de la sociologie pragmatique, on proposera ici de définir les controverses comme des conflits triadiques qui ont pour particularité de n’avoir pour seul juge le public des pairs. Pour des raisons qu’il conviendra de préciser, une telle définition analytique exige de prendre au sérieux les efforts que livrent les acteurs engagés dans une controverse pour argumenter et pour produire des preuves admissibles. Mais elle implique également de ne pas sous-estimer leur recours possible aux effets d’autorité, à la force et à l’intimidation. Cette définition, par ailleurs, conduit à prêter une attention centrale aux processus sociaux à travers lesquels les controverses sont tantôt confinées, c’est-à-dire maintenues à l’intérieur d’un cercle de spécialistes, tantôt déconfinées, c’est-à-dire élargies au public des « profanes », notamment par le truchement des médias. Se découvre alors l’un de leurs effets sociaux majeurs au sein des sociétés modernes : les controverses contribuent à l’autonomisation de sphères de savoir spécialisées, en même temps que dans certains cas, selon un paradoxe qui n’est qu’apparent, elles
conduisent à remettre en cause la prétention à l’autonomie de ces sphères de savoir et à vérifier son bien-fondé.

Bibliographie.

Lemieux (C.), A l’épreuve du scandale, numéro spécial sur la
sociologie des scandales de la revue Politix, Revue des sciences
sociales du politique, 2005.
Lemieux (C.), A quoi sert l’analyse des controverses ?, Mil Neuf
Cent, n°25, 2007.
Lemieux (C.), Rendre visibles les dangers du nucléaire. Une contribution
à la sociologie de la mobilisation in B. Lahire, C. Rosental,
dir., La cognition au prisme des sciences sociales, Editions des
Archives Contemporaines, 2008.

mercredi 9 octobre 2013, par HUCHERY Mélissa