Accueil > La Médiathèque > Dossiers > Innovation : repères > Biographies

Enregistrer au format PDF

Innovation - repères

Biographies

Bréves biographies des spécialistes cités dans le dossier Innovation.

Philippe Aghion

est professeur d’économie à l’université Harvard. Il est titulaire d’un doctorat de l’Université Paris I et d’un PhD en économie de l’université Harvard. Au cours de sa carrière, il a eu l’occasion de travailler au Massachusetts Institute of Technology, au CNRS, à la Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement. Ses travaux portent principalement sur la croissance et l’économie de la connaissance. Il est membre du Conseil d’Analyse Economique et a par ailleurs contribué à de nombreux rapports, dont le rapport Sapir et celui de la Commission Attali sur La libération de la croissance française.

Michel Aglietta

est professeur d’économie à l’université de Nanterre (Paris 10), ancien membre du Conseil d’analyse économique auprès du Premier ministre et de l’Institut universitaire de France. Il est conseiller scientifique au Centre d’études prospectives et d’informations internationales (CEPII) et à Groupama-Asset Management
Parmi ses ouvrages récents : crise et rénovation de la finance avec Sandra Rigot, Odile Jacob (2009), Les hedge funds : entrepreneurs ou requins de la finance ?, avec Sabrina Khanniche et Sandra Rigot, Perrin (2010), La crise : les voies de sortie, Michalon (2010 ), Sustainable growth : do we really measure the challenge ? Measure for Measure - How well do we measure development, AFD, Paris (2011), Financer la croissance soutenable, La finance durable , Revue Banque éditions, Paris (2011), Chine : horizon 2030 dans CEPII, L’économie mondiale 2013, pp. 36-54, Repères, La Découverte, Paris (2012), La voie chinoise. Capitalisme et Empire avec Guo Bai, Odile Jacob, Paris (2012).

Elie Cohen

est diplômé de l’IEP de Paris (Section économique et financière - 1972), docteur en gestion (Université Paris-Dauphine) et titulaire d’une habilitation à diriger des recherches en science politique. Il est directeur de recherche CNRS au CEVIPOF, Centre de recherches politiques de Sciences Po, et membre du Conseil d’analyse économique (CAE) auprès du Premier Ministre. Ses compétences vont de l’économie industrielle aux politiques publiques, de l’économie internationale à l’économie politique de l’innovation. Il a publié une série de livres sur les différents aspects de la mondialisation, mené des recherches sur les politiques de croissance et sur l’intégration européenne, réalisé de nombreuses missions d’expertise pour des organisations internationales et publié dans le cadre du CAE une série de travaux sur les politiques publiques.

Patrick Cohendet

docteur d’État en sciences économiques, il est professeur à l’université Louis-Pasteur de Strasbourg, professeur visiteur à HEC Montréal au service de l’enseignement des affaires internationales. Il a codirigé le Bureau d’Économie Théorique et Appliquée (BETA) de l’université Louis-Pasteur de Strasbourg de 1985 à 1991. Auteur de très nombreuses publications, dont La Gestion des connaissances : firmes et communautés de savoirs (2006) et The Architectures of Knowledge : Firms, Capabilities and Communities (2004), il conduit des projets de recherche appliquée dans les domaines de l’économie du savoir, du management de la connaissance, de l’économie et de la gestion de l’innovation. Il a été élu « Économiste de l’année » en 1994 par le Journal « Le Nouvel Économiste ». Patrick Cohendet a dirigé de nombreux projets de recherche au sein du BETA de l’université Louis-Pasteur de Strasbourg et à HEC Montréal. Il intervient actuellement sur ces questions en particulier auprès de la Communauté européenne.

Bertrand Collomb

chef d’entreprises français, entre à l’École polytechnique en 1960, puis à l’École des mines de Paris en 1967. Il obtient sa licence en droit en 1969, puis un doctorat de management à l’université du Texas à Austin aux Etats-Unis en 1972. Il débute sa carrière en 1967 comme ingénieur au Corps des mines au service régional Lorraine du ministère de l’Industrie, poste qu’il occupe jusqu’en 1970. Il devient ensuite conseiller technique dans les cabinets ministériels des réformes administratives de 1973 à 1974, puis du ministre des Affaires culturelles et de l’Environnement en 1974 et du ministre de l’Éducation nationale l’année suivante. En 1975, Bertrand Collomb entre chez Lafarge, il accède très vite au poste de président d’Orsan, filiale biotechnologique du groupe, en 1983, puis à celui de responsable des activités américaines et nord-américaines du groupe de 1983 à 1989.
Il devient ensuite président-directeur général de Lafarge de 1989 à 2003, puis président du conseil d’administration de 2003 à 2007. Il en est aujourd’hui encore le président d’honneur. Bertrand Collomb a assuré la présidence de l’Institut de l’entreprise, association qui réunit 150 grandes entreprises dans le but d’améliorer la compétitivité de 1996 à 2001, de l’Agence française des entreprises privées (AFEP) de 2002 à 2007 et de l’Institut français des relations internationales (IFRI) de 2004 à 2011.Il est administrateur de plusieurs sociétés, dont Dupont (Etats-Unis), ATCO Ltd (Canada) et Total, et vice-président de l’Académie des sciences morales et politiques. Il a été nommé président du conseil d’administration de l’Institut des hautes études pour la science et la technologie (IHEST) le 15 mai 2007, renouvelé le 10 mais 2010.

Mireille Delmas-Marty

docteur en droit, agrégée de droit privé et sciences criminelles, membre de l’Institut universitaire de France (1992-2002), Mireille Delmas-Marty a été élue au Collège de France où elle occupe, depuis 2002, la chaire « Études juridiques comparatives et internationalisation du droit ». En 2007, elle a été élue membre de l’Académie des Sciences Morales et Politiques.

David Edwards

professeur de génie biomédical à l’univer¬sité d’Harvard aux Etats-Unis, est le fondateur du laboratoire à Paris, de la fondation Cloud, et de l’organisation caritative non gouvernementale Medicine in Need (MEND), présente en Afrique, en Europe et aux Etats-Unis, et dont le but est de développer de nouveaux traitements et vaccins contre les ma¬ladies liées à la pauvreté, notamment la tuberculose.
Son activité scientifique porte sur la recherche et le dévelop¬pement de nouveaux protocoles de médicaments pour traiter les maladies infectieuses dans les pays en voie de dévelop¬pement. Il a publié plus de 70 papiers scientifiques et deux ouvrages dans les domaines des mathématiques appliquées. Il est le fondateur d’AIR (Advanced Inhalation Research, au¬jourd’hui Alkermes, Inc.) et de Pulmatrix.
David Edwards écrit, crée et travaille aussi bien avec des scientifiques que des artistes. Il est l’auteur des trois ouvrages fondateurs du Laboratoire :

  • Artscience : Creativity in the Post-Google Generation (Har¬vard University Press, 2008)
  • Niche (édition Le Laboratoire et ENSBA, 2007), écrit en col¬laboration avec le romancier américain Jay Cantor et le photo¬graphe Daniel Faust
  • Whiff (édition Le Laboratoire et ENSBA, 2007), illustré par l’artiste japonaise de manga, Junko Murata.

Patrick Faucheur

Chef du secteur TREG (Transport, politique régionale) au Secrétariat général des affaires européennes (SGAE - services du Premier ministre), il a notamment la responsabilité de la coordination interministérielle pour l’élaboration des positions françaises relatives à la politique de cohésion de l’Union européenne. Il a exercé auparavant différentes fonctions liées à l’élaboration et la mise en œuvre de la politique régionale au sein de différentes administrations centrales.
Secrétariat général des affaires européennes : http://www.sgae.gouv.fr/pages/site/sgae/lang/fr/SGAE

Richard Florida

né en 1957 à Newark (New Jersey), Richard Florida est docteur en aménagement urbain. Actuellement professeur et directeur du Martin Prosperity Institute, il travaille à la compréhension sociologique de l’attractivité des villes. Dans son livre The Rise of the Creative Class paru en 2002, il donne notamment naissance à la notion de « classe créative » largement débattue depuis.

Dominique Foray

professeur, titulaire de la chaire Economics and Management of Innovation, à l’École polytechnique fédérale de Lausanne. Il est, notamment, l’auteur de L’Économie de la connaissance (Éditions La Découverte, coll. « Repères », 2010).

Armand Hatchuel

est professeur classe exceptionnelle à l’école des Mines (Mines ParisTech) de Paris, directeur adjoint du centre de gestion scientifique. De 1999 à 2007, il a été professeur invité du programme Fenix pour l’innovation dans le management de l’Institut Chalerms-Université de Göteborg (Suède). Un des premiers à s’intéresser à la production des savoirs dans les organisations, il s’efforce de fonder les sciences de Gestion sur une théorie de l’action collective qui échappe aux hypothèses restrictives des sciences sociales traditionnelles. Depuis, 1995, il a créé avec plusieurs collègues un programme de recherche et d’enseignement sur les activités de conception. Dans ce cadre, il a développé avec Benoit Weil une théorie de la conception (théorie C-K) qui offre une modélisation nouvelle de la rationalité (expandable rationality) et capture les différentes logiques d’expansion et de création dans les entreprises ; en 2009, ces travaux ont donné naissance à la première Chaire de “Théorie de la conception” créée à MinesParistech avec le soutien de plusieurs industries. Outre de nombreux articles, il a publié notamment Les processus d’innovation, Hermés (2006), Les nouveaux régimes de la conception, Vuibert (2009) et Refonder l’entreprise, Seuil, 2012. Membre de plusieurs instances scientifiques nationales et de comités éditoriaux de revues françaises et internationales, il est le représentant élu pour la France à EURAM. Armand Hatchuel est membre de l’Académie des technologies.

Micheline Hotyat

est professeur à l’université de Paris-Sorbonne depuis 1993, ancien recteur de l’Académie de Caen de 2006 à 2010 et actuellement chargée de mission à la délégation à l’Information et à l’Orientation.
Biogéographe spécialiste des milieux forestiers froids, tempérés, méditerranéens et tropicaux ; ses travaux de recherche exploitent les données statistiques, les photographies aériennes, les images satellitaires et les documents cartographiques et archivistiques afin de comprendre la diversité des milieux forestiers, de les replacer dans leurs territoires et de définir leurs dynamiques. Cette approche systémique permet de retracer les passés forestiers, de mieux comprendre leurs dynamiques et d’appréhender l’impact des actions anthropiques qui ont marqué et marquent encore les paysages forestiers d’aujourd’hui.

Philippe Laredo

Directeur de recherche à l’université Paris-Est – Ecole des Ponts et professeur à l’université de Manchester. Il est membre du comité directeur de l’Institut Francilien Recherches Innovations Sociétés (IFRIS). Ses recherches portent sur les innovations de rupture, la dynamique des collectifs et des organisations de recherche et les politiques publiques de recherche et d’innovation. Il a coordonné le réseau d’excellence européen Policies research and innovation in the move towards the ERA.

Gilles Le Blanc

est professeur d’économie à MinesParisTech et chercheur au Cerna, le centre d’économie de l’école. Diplômé de l’Ecole Polytechnique, docteur de l’Ecole des Mines de Paris en économie industrielle, chercheur visiteur en 1999-2001 à la London School of Economics, Gilles Le Blanc enseigne également à Sciences-Po et à l’Université Paris 1.
Ses activités d’enseignement, de recherche et de conseil portent sur l’analyse des dynamiques de concurrence, leurs effets sur la stratégie d’entreprise et les politiques publiques.

Jacques Lukasik

Directeur Scientifique du Groupe Lafarge*, physicien de formation, a accompli ces études en Pologne, aux Etats-Unis et en France, où il a obtenu le diplôme de Docteur ès-Sciences à l’Université de Paris XI, à Orsay.

Après une carrière de recherche fondamentale au CNRS, dans le domaine de physique atomique, moléculaire et lasers, et d’enseignant à l’Ecole polytechnique, il a rejoint Lafarge en 1986. Jacques Lukasik y a occupé des postes à orientation essentiellement scientifique, liés à la R&D. Il a été, notamment, le Directeur Général du Laboratoire Central de Recherche entre 1988 et 1995 et le Président du Conseil Scientifique Externe du Groupe. Dr. Lukasik a significativement contribué à la création du Pôle Technologique de Lafarge à l’Isle d’Abeau en 1990 et à la mise en place, en 2006, de la Chaire d’Enseignement et de Recherche Lafarge : « Science des Matériaux pour la Construction Durable », en partenariat avec l’Ecole polytechnique et l’Ecole des ponts.

Sur le plan international, Jacques Lukasik est co-fondateur, en 2004, du réseau européen de recherche fondamentale sur les matériaux cimentaires « Nanocem », réseau qui regroupe aujourd’hui 14 partenaires industriels et 23 laboratoires académiques. Il est également membre du Comité d’Orientation sur les Recherches en Béton au Québec (Canada).

Dr. Lukasik a été récemment élu membre de l’Académie des technologies en France et membre-associé de l’Académie des sciences en Pologne, au Comité Technique de Génie Civil.

Pierre Léna

est astrophysicien, professeur émérite à l’université de Paris-Diderot. Il a largement travaillé au développement de l’astronomie infrarouge et à la conception du Very Large Telescope européen. Professeur depuis 1973 à l’Université Paris Diderot, dont il est aujourd’hui émérite, il a contribué à la formation de générations d’astrphysiciens au sein de l’Ecole doctorale Astronomie et Astrophysique d’Ile-de-France, qu’il a dirigée pendant nombre d’années.
Il est impliqué depuis 14 ans dans l’opération La main à la pâte pour faire entrer les sciences à l’école élémentaire, opération fondée aux côtés de Georeges Chrapak et d’Yves Quéré. Pierre Léna a présidé le Comité d’éthique du CNRS de 2003 à 2007. Il est membre de l’Académie des sciences, dont il fut le Délégué à l’éducation et la formation (2005-2011), et de l’Académie pontificale des sciences.

Michel Lussault

est géographe, professeur des universités à L’université de Lyon (Ecole Normale Supérieure de Lyon). Il a été président de l’Université François-Rabelais de Tours, du 6 mars 2003 au 19 mai 2008 et président de l’AMUE (Agence de mutualisation des universités et des établissements) de mai 2005 à avril 2009. Il a été 2e Vice-Président et porte-parole de la Conférence des Présidents d’Université du 14 décembre 2006 au 13 décembre 2008 — période durant laquelle la loi Liberté et Responsabilité des Universités fut votée et mise en œuvre. Il est depuis le 25 novembre 2008, président de l’Etablissement public de coopération scientifique Université de Lyon, qui fédère 4 universités et 15 Grandes écoles et Instituts de Lyon et Saint-Etienne.
Auteur depuis 1991 de 9 ouvrages scientifiques (écrits ou dirigés et codirigés) et de plus de 70 articles dans des ouvrages collectifs et des revues à comité de lecture, il a notamment publié le Dictionnaire de géographie et de l’espace des sociétés, aux Editions Belin (avec Jacques Lévy, 2003), L’homme spatial. La construction sociale de l’espace humain, aux éditions du Seuil (collection La couleur des idées, 347 pages, 2007) et en mai 2009 De la lutte des classes à la lutte des places, collection Mondes vécus, Paris, Grasset.
Parallèlement à sa carrière d’universitaire et à ses recherches « académiques », Michel Lussault a mené de 1995 à 2003 une activité continue de conseil en aménagement et urbanisme auprès de collectivités locales françaises — notamment l’agglomération de de Tours. Il a aussi participé de nombreuses instances liées à la recherche-développement et/ou à l’évaluation : il fut ainsi membre du conseil d’évaluation de la politique de la ville, membre du conseil du GIP Observatoire des projets Urbains (Ministère de l’Equipement), coprésident du conseil scientifique de la consultation internationale Un pari pour le grand Paris (mai 2008-avril 2009). Il préside depuis juin 2009 le conseil scientifique du Plan Urbanisme Construction Architecture (PUCA), organisme de recherche du Ministère français de l’écologie, du développement durable et de la mer (Meeddem). Il est également responsable scientifique du groupe « Métropoles françaises et mondialisation », de la procédure Territoires2040 de la DATAR (Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale) et président du comité scientifique du programme thématique « Les énigmes spatiales de la vie en société » de l’Agence Nationale de la Recherche.

Jean-Claude Prager

directeur de l’Agence pour la diffusion de l’information technologique de 2004 à 2010, co-auteur du rapport Innovation et compétitivité des régions, CAE, en 2008, il est aujourd’hui Directeur des études économiques de la société du Grand Paris et président de l’Institut d’études Innovation, entreprises et territoires.

Bernard Stiegler

philosophe de formation, il est actuellement directeur du département du développement culturel au Centre Georges-Pompidou, où il dirige également l’Institut de recherche et d’innovation (IRI), créé à son initiative en avril 2006. Préalablement, il a été directeur de recherche au Collège international de philosophie, professeur et directeur de l’unité de recherche qu’il a fondée en 1993 « Connaissances, organisations et systèmes techniques » à l’Université de technologie de Compiègne (UTC), directeur général adjoint de l’Institut national de l’audiovisuel (INA) puis directeur de l’Institut de recherche et coordination acoustique/musique (Ircam) jusqu’en fin 2005. Il a, parmi de nombreux ouvrages, publié La Technique et le temps (3 vols., 1994-2001).

Nicolas TENZER

Président de l’Initiative pour le développement de l’expertise française à l’international et en Europe École normale supérieure, ENA, maîtrise d’histoire, diplômé de l’IEP de Paris, président fondateur du Centre d’étude et de réfl exion pour l’action politique (CERAP), ancien maître de conférences à l’IEP de Paris (philosophie politique) de 1986 à 2004, maître de conférences à l’ENA et dans diverses écoles et universités françaises et étrangères, administrateur civil hors classe, ancien chef de service au Commissariat général du Plan, ancien membre du cabinet du ministre de l’Économie et des Finances, responsable d’une mission interministérielle sur l’expertise inter- nationale (2007-2008) et président d’Initiative pour le développement de l’expertise française à l’international et en Europe (IDEFIE) (depuis mars 2009).

Jacques Warcoin

ingénieur, diplômé de l’Ecole Nationale Supérieure de Chimie de Toulouse (ENSCT. Spécialiste des Sciences du Vivant, Jacques Warcoin est un précurseur de la propriété industrielle dans le domaine des biotechnologies depuis leur origine (1979).

Heinz Wismann

philosophe et philologue, il est spécialiste d’herméneutique et d’histoire des traditions savantes. Il a étudié la philosophie et les lettres classiques aux universités de Berlin, Vienne, Heidelberg et Paris. Après avoir enseigné la philosophie à la Sorbonne, il a été nommé en 1978 à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), où il est actuellement directeur d’études et dirige un programme d’enseignement et de recherche sur l’épistémologie des sciences humaines. De 1991 à 2000, il a en outre présidé l’Institut protestant de recherches interdisciplinaires de Heidelberg (FEST) en Allemagne.
Heinz Wismann occupe de nombreuses fonctions : il est président du Conseil scientifique du Centre Culturel de la Tourette (ex-Centre Thomas More) ; membre du Conseil scientifique de la Maison des sciences de l’homme et de la société de l’Université de Sofia/Bulgarie ; membre du Conseil de perfectionnement de l’Ecole nationale supérieure de création industrielle (ENSCI) ; expert pour les questions religieuses auprès du Commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe ; membre des directoires de l’Institut franco-allemand de Ludwigsburg (DFI) et de l’Institut de Berlin-Brandebourg pour la coopération franco-allemande en Europe (BBI-Fondation Genshagen) ; président de l’Observatoire des études classiques en Europe ; membre de l’Académie d’Agriculture de France (section Sciences de l’homme et de la société) ; membre du Comité d’éthique et de précaution pour les applications de la recherche agronomique depuis 2005. Depuis 2007, M. Wismann est également membre du Conseil scientifique de l’IHEST.

jeudi 18 juillet 2013, par HUCHERY Mélissa