Accueil > La Médiathèque > Collections > Séances publiques > Clôture du cycle national 2007-2008 > Message de la promotion Gérard Mégie par Philippe Bizet, auditeur, délégué de (...)

Enregistrer au format PDF

Clôture du cycle 2007-2008

Message de la promotion Gérard Mégie par Philippe Bizet, auditeur, délégué de la promotion

20 juin 2008

Message de la promotion Gérard Mégie par Philippe Bizet, auditeur, délégué de la promotion



087 pb

Madame la Présidente du Conseil économique et social,
Monsieur le Président de l’Institut des hautes études pour la science et la technologie,
Madame la Directrice de l’Institut des hautes études pour la science et la technologie, et toute son équipe
Mesdames et Messieurs les directeurs, chefs de services, professeurs, colonels,
Chers amis, auditrices et auditeurs de la première promotion,

C’est un grand honneur, mais aussi une grande joie, qui me sont donnés aujourd’hui de m’exprimer devant vous pour me faire l’interprète des auditrices et auditeurs de la deuxième promotion de l’Institut des hautes études pour la science et la technologie et de tenter de vous faire percevoir l’état d’esprit qui nous anime, après les jours privilégiés que nous avons vécus ensemble.

Tout d’abord, je voulais souligner un paradoxe.
Ce jour est appelé session de clôture.
Or, si un seul terme devait être retenu pour qualifier notre parcours, ce serait le terme "ouverture".
Ouverture vers une réflexion plus large et plus approfondie à travers les thèmes sur lesquels nous avons longuement échangé et dont la substantifique moelle vous sera livrée au cours de cette journée.
Ouverture vers les autres pays que nous avons pu observer sinon découvrir lors de nos visites, toujours trop courtes.
Ouverture vers les autres à travers la qualité des conférenciers, des encadrants, mais aussi notre modestie collégiale, doit-elle en souffrir, chers amis auditrices et auditeurs, grâce à votre capacité d’émerveillement, votre sens du dialogue et de la répartie..., et l’attrait que constitue la diversité de nos expériences professionnelles.
(Il se chuchote dans les couloirs du ministère que la promotion "MEGIE" est une des deux meilleures promotions de l’institut.)
Il me plaît à souligner que l’organisation, durant toute cette année, a été indubitablement parfaite, à la hauteur de l’enjeu, tant sur le plan pédagogique que logistique. Je voudrais, chers collègues, que nous applaudissions publiquement, et avec reconnaissance, la directrice de l’Institut des hautes études pour la science et la technologie et toute son équipe.
Madame la Directrice, vous avez su vous montrer rigoureuse et exigeante vis-à-vis de nous, et obtenir des "productions" qui, j’espère, contribueront à enrichir le patrimoine culturel de l’institut.
Je ne peux cacher, par un profil épicurien, toute l’importance que j’accorde au plaisir personnel, plaisir personnel que chacun d’entre nous a pu prendre à l’accomplissement de ces exercices, de connaissance, de recherche et de réflexion. C’est assurément un ingrédient qui a contribué à la réussite de notre entreprise commune.
Résolument, non, ce jour ne peut être un jour de clôture et l’histoire s’arrêter un 20 juin, ceci pour deux raisons.
Premièrement, l’investissement consenti par nos employeurs, par nous-mêmes, doit désormais nourrir notre activité professionnelle, élargir notre horizon relationnel et favoriser les échanges interministériels suivant un concept particulièrement d’actualité.
Deuxièmement, l’amitié et la confraternité nées de cette expérience partagée se doivent d’être préservées, entretenues, tout en gardant un lien fort avec l’Institut des hautes études pour la science et la technologie et en participant aux travaux de l’association des anciens de l’institut, présidée par Denis Despreaux.

092 pb
Je sais, parmi l’auditoire, que certains d’entre vous participeront à la promotion 2008/2009. J’aurais aimé vous accompagner mais, seul regret de mon propos, le redoublement n’est pas autorisé à l’Institut.
Merci à tous de m’avoir écouté.
Longue vie à l’IHEST, et longue vie à la promotion "Gérard Mégie"

vendredi 20 juin 2008, par Olivier Dargouge