Accueil > La Médiathèque > Collections > Rapports d’étonnement > La quantification de soi

Enregistrer au format PDF

Promotion Boris Vian 2014

La quantification de soi

Peut-on vraiment définir le « quantified self », traduit en français par « quantification de soi » ?
L’idée a germé en 2007 chez deux éditeurs du magazine américain Wired, la « bible » des technophiles. Il s’agit de capter ses propres données – par exemple ses pulsations cardiaques, le nombre de pas ou d’heures de sommeil dans une journée – de les rendre intelligibles sous forme de graphes et de les partager avec d’autres adeptes, dans une communauté restreinte ou plus largement sur les réseaux sociaux.

Popularisé par l’adhésion de « stars » de la Hi-Tech (le mathématicien Wolfram, par exemple), la quantification de soi est-il un simple « buzz-word », une mode, ou bien une mesure incontournable des rythmes de nos corps humains dans des sociétés où tout se quantifie ? Par ces mesures se manifeste une réappropriation du soi, intégrant une vision prospective avec la prise en compte les données passées et présentes, et la possibilité de se comparer aux autres. Au-delà des apparences individualistes de la démarche, la quantification de soi est potentiellement porteuse de bénéfices collectifs, notamment pour la santé ou l’économie.

PDF - 1.6 Mo
Rapport d’étonnements_quantification de soi

mercredi 10 septembre 2014, par HUCHERY Mélissa