Accueil > La Médiathèque > Collections > Carnets de voyage > Le numérique au service de la société : l’Autriche, un modèle pour l’Europe (...)

Enregistrer au format PDF

Cycle national 2013-2014

Le numérique au service de la société : l’Autriche, un modèle pour l’Europe ?

Avec cette sixième session du cycle national, la promotion 2013-2014 va poursuivre la réflexion qu’elle avait sur la question de l’espace européen de la recherche et la stratégie de l’Union européenne en matière de numérique. Cette session la conduira en Autriche, où elle approfondira le fil conducteur du cycle, en prenant la mesure du développement des innovations numériques et ses conséquences sur le paysage social et économique dans un pays européen emblématique sur ce sujet.

PDF - 3.8 Mo
Le numérique au service de la société : l’Autriche, un modèle pour l’Europe ?

Plus largement, et quelques semaines après la disparition du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche autrichien, elle abordera les nouveaux modèles de gouvernance et les spécificités du système de recherche et d’innovation autrichiens, les axes stratégiques de sa politique de recherche et d’innovation, les régulations à l’œuvre entre pouvoirs publics, recherche, enseignement supérieur, entreprises et le mode de coopération entre acteurs, et la diplomatie qu’elle entretient avec la France sur ces sujets.

Selon la dernière enquête sur l’opinion publique dans l’Union (Eurobaromètre Standard 80), les Autrichiens sont moins pessimistes que la moyenne européenne sur le futur de l’Union. Ils se sentent majoritairement européens, soutiennent largement l’euro et paraissent beaucoup moins inquiets sur la situation économique de leur pays que la moyenne européenne. Au total, 63 % ont le sentiment d’être des citoyens de l’Union, contre 42 % seulement pour la France.
S’agissant du numérique, selon la dernière étude E-government Benchmark 2012 commanditée par l’Union auprès de Capgemini, l’Autriche se classe au tout premier rang des pays européens pour la disponibilité et la convivialité des documents en ligne. Une telle réussite mérite d’autant plus d’être soulignée qu’elle a été atteinte sans moyens financiers considérables. Durant les dix dernières années, les initiatives gouvernementales pour mettre le numérique à la portée de tous les citoyens autrichiens se sont multipliées. Le secteur numérique représente 5 % des entreprises nationales, 60 % étant des sociétés de services en ingénierie informatique. Les activités les plus performantes concernent les équipements numériques, qui représentent 30 % du chiffre d’affaires du secteur. La volonté des pouvoirs publics de permettre l’accès au numérique le plus large possible, que ce soit du point de vue des infrastructures ou de la formation, sera présentée puis illustrée par la visite d’institutions et la présentation des programmes phares, avec un focus particulier sur les initiatives sociétales.

Les quatre jours que la promotion passera à Vienne puis à Linz lui permettront d’aborder, entre autres, les ressorts du dynamisme autrichien en matière de numérique, de prendre la mesure de la dimension géopolitique de l’Autriche dans l’Union européenne ou encore d’apprécier les spécificités des politiques publiques de ce pays en matière de recherche et d’enseignement supérieur. A Vienne, considérée comme la ville la plus agréable à vivre au monde depuis 2009 par le cabinet d’études Mercer, ville qui abrite également l’Organisation des Nations-Unies, les sujets de l’utilisation du numérique pour le développement durable, la protection de l’environnement et la qualité de vie seront abordés avec l’étude de l’initiative Smart City Wien. A Linz, la visite du centre Ars Electronica permettra d’appréhender le caractère transversal du numérique. Lieu de dialogue social, associant arts, culture, sciences, et technologies, ce centre reçoit du public, héberge des chercheurs, entretient des liens avec les entreprises locales et participe à l’innovation.
Il s’agira donc, pour la promotion, de poursuivre sur le terrain les travaux initiés sur l’Europe.

Marie-Françoise CHEVALLIER-LE GUYADER

directrice de l’IHEST

mercredi 18 juin 2014, par HUCHERY Mélissa